La troupe de Québec Flip Fabrique présente sa nouvelle création Sixo, avec en vedette le réputé clown-acrobate Jamie Adkins, dans le cadre du festival Montréal complètement cirque. Retour sur une création pleine de rebondissements.

Josée Lapointe
Josée Lapointe La Presse

Les contraintes

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

La dramaturgie du spectacle a dû être modifiée pour s’adapter aux mesures de distanciation physique.

La création de Sixo venait de commencer, en janvier 2020, lorsqu’elle a été interrompue par on sait quoi au mois de mars. Elle a ensuite été reprise à l’été, mais avec des changements dans la distribution et, surtout, dans la mise en scène, question de respecter la distanciation physique – une notion bien difficile à appliquer dans un spectacle de cirque. « Mais je pense qu’on a bien relevé le défi, dit le cofondateur et directeur général et artistique de Flip Fabrique, Bruno Gagnon. On n’a pas fait fi des règles sanitaires, on a joué avec ça, et de cette contrainte il y a peut-être même des idées artistiques qui vont coller pendant des années ! » Quand même tout un défi pour le metteur en scène Olivier Lépine, qui a « réfléchi le spectacle avec impossibilité de contact », sauf pour de courtes périodes de 15 minutes. « Mon gros trip en cirque, c’est que tout le monde soit impliqué dans tout. Ça nous a vraiment obligés à repenser toute la dramaturgie du show. »

Le retour

  • Dylan Herrera et Jacob Grégoire en répétition la semaine dernière à la Caserne Dalhousie, à Québec.

    PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

    Dylan Herrera et Jacob Grégoire en répétition la semaine dernière à la Caserne Dalhousie, à Québec.

  • Méliejade Tremblay-Bouchard et Camille Tremblay en répétition

    PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

    Méliejade Tremblay-Bouchard et Camille Tremblay en répétition

  • Le metteur en scène Olivier Lépine et la troupe

    PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

    Le metteur en scène Olivier Lépine et la troupe

  • Dylan Herrera, Jacob Grégoire et Camille Tremblay

    PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

    Dylan Herrera, Jacob Grégoire et Camille Tremblay

  • Camille Tremblay

    PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

    Camille Tremblay

  • Jacob Grégoire et Dylan Herrera

    PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

    Jacob Grégoire et Dylan Herrera

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec les règles sanitaires qui continuent de s’assouplir, les créateurs ont songé à modifier des éléments du spectacle qui sera présenté à la TOHU à compter de mardi. « Mais on s’est dit que c’était juste bien de le retrouver, de remettre tout le monde dans le bain et le bon rythme, et que c’est en masse de faire ça en une semaine », dit Olivier Lépine. C’est qu’après avoir présenté le spectacle une vingtaine de fois l’automne dernier, la troupe n’a pas eu l’occasion de le rejouer depuis. Des répétitions intensives ont donc eu lieu toute la semaine dernière à la Caserne Dalhousie, à Québec. « En 30 ans de carrière, je n’ai jamais été arrêté aussi longtemps ! », nous a confié le doyen du groupe, Jamie Adkins, lorsque nous lui avons parlé la semaine dernière. « C’est un défi de retrouver la forme, mais ça revient vite car les artistes de cirque ont une mémoire musculaire. »

Jamie Adkins

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Jamie Adkins

Véritable légende dans le monde du cirque, Jamie Adkins a beaucoup travaillé en solo. Comment s’est produite cette collaboration avec Flip Fabrique ? « Jamie a une carrière phénoménale. J’ai commencé le cirque après lui, et je l’ai terminé avant lui ! rappelle Bruno Gagnon. On se connaissait déjà, on s’est croisés en 2018, et puis parle parle, jase jase, je lui dis qu’on va faire une nouvelle production, et il a sauté dans le jeu ! » Jamie Adkins raconte qu’intégrer une troupe a été comme sortir d’une longue hibernation. « J’adore le solo pour la liberté que ça donne. Mais la camaraderie, la motivation de travailler en équipe me manquaient. Et quand on est sur scène avec des gens super talentueux, il y a moins de pression de performance… sauf celle de ne pas être à la hauteur ! » Le passionné acrobate de 50 ans est en effet entouré de quatre jeunes artistes qui sont à peine sortis de l’école de cirque, mais il affirme apprendre d’eux tous les jours. « Par leur éthique de travail, par la façon dont ils s’entraînent pour rester en forme. C’est très inspirant. » Olivier Lépine, lui, avoue qu’il était impressionné quand il a su qu’il allait collaborer avec Jamie Adkins. « Mais après 10 minutes, on comprend qu’il est tout aussi, sinon plus, attachant dans la vie que sur scène. C’est intéressant, ce mélange de générations, et c’est la complémentarité de toutes ces forces qui crée l’unicité du spectacle. »

Le spectacle

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Les artistes de Six: Dylan Herrera, Jamie Adkins, Méliejade Tremblay-Bouchard, Camille Tremblay et Jacob Grégoire

Sixo s’inspire de cette idée qu’il y a toujours un maximum de six degrés de séparation entre toutes les personnes sur la planète. « Le sujet du spectacle, c’est l’interconnexion entre les gens », explique Olivier Lépine. L’histoire ? Cinq individus qui ne se connaissent pas vont recevoir une invitation pour aller dans une maison, et se trouver confrontés à ce qui les « bloque » dans leur façon de vivre en société, explique le metteur en scène. « Ça parle de la force du nombre, de l’envie d’être ensemble, d’accepter d’être soi. » La grande différence avec le projet initial, c’est qu’au lieu de se croiser « pour vrai » dans la fameuse maison, les personnages y passeront à différentes époques, une distance temporelle qui justifie l’absence de contact. « Le personnage de Jamie, qui est le dernier arrivé, est le seul dans le présent, et il est accompagné dans sa quête par ces fantômes. Mais quand je travaille sur un spectacle, je veux que les spectateurs soient stimulés, qu’ils repartent chacun avec une histoire différente à la fin. »

La suite

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Méliejade Tremblay-Bouchard fait partie de la nouvelle génération de la famille Flip Fabrique.

Fondée il y a 10 ans par une bande d’amis acrobates, Flip Fabrique est devenue une compagnie de cirque reconnue tant au Québec qu’à l’étranger. Si Sixo est son premier spectacle sans qu’aucun des membres initiaux n’y participe, la transition et le défi de la durée ont été surmontés depuis des années, soutient Bruno Gagnon. « Cet été, il y a 21 artistes qui travaillent pour nous dans différents projets et là-dessus, aucun fondateur ! » Même s’il n’y a aucun spectacle à l’étranger prévu avant 2022, la machine est donc relancée… mais différemment, dit le directeur artistique. « Pour ce qui est du volume, c’est repris, mais pas pour l’ampleur des productions. Alors on prend le temps de créer, et on anime, et on fait des parades. » Mais que faut-il pour faire partie de la famille Flip ? « Polyvalence, amitié, et un peu de folie dans l’œil », répond Bruno Gagnon. Pour Olivier Lépine, il faut « être généreux de sa personne et avoir envie d’essayer des choses ». « Il faut aussi que le plaisir prenne beaucoup de place. Comme on veut que les spectateurs soient de bonne humeur et heureux quand ils sortent de la salle. C’est une famille très accueillante. »

Sixo, de Flip Fabrique, est présenté du 13 au 18 juillet à la TOHU dans le cadre de Montréal complètement cirque.

Procurez-vous des billets sur le site du festival