Profitant de l’absence de grands festivals montréalais cet été, le producteur Martin Leclerc propose Les arts d’été, un évènement qui se déroulera entre le 23 juin et le 21 septembre et pendant lequel une vingtaine de spectacles seront présentés dans plusieurs salles de la Place des Arts.

Josée Lapointe
Josée Lapointe La Presse

« Avec L’histoire de mes chansons et L’histoire de mon théâtre, nous avions déjà neuf dates qui se suivaient dans le milieu de l’été. On regardait ça et on se disait qu’on avait peut-être de quoi de pertinent pour créer un évènement estival qui mettrait en valeur nos projets », nous a expliqué Martin Leclerc au téléphone.

L’histoire de mes chansons, c’est cette série de spectacles-entrevues avec des auteurs-compositeurs dirigée par Monique Giroux, qui en sera rendue à sa troisième présentation. Seront en vedette cet été les chansons marquantes de Mario Pelchat, Laurence Jalbert, Marcel Lefebvre, Daniel Lavoie et Paul Piché.

Bâtie sur le même moule et animée par Guylaine Tremblay, la série L’histoire de mon théâtre verra donc le jour et donnera de son côté la parole à Michel Tremblay, Marie Laberge, Louis Saïa et Claude Meunier et Michel Marc Bouchard.

Plutôt que d’annoncer chaque série ou spectacle à la pièce, Martin Leclerc et son équipe ont donc voulu donner à l’évènement une « couleur » plus définie qui prend presque l’allure d’un festival.

« Ce sont des évènements uniques consacrés à la création, et on a voulu aussi intégrer théâtre et musique. »

Les arts d’été commencera donc en juin avec trois représentations de Pour une histoire d’un soir, avec Joe Bocan, Marie Carmen et Marie Denise Pelletier, et se terminera en septembre avec le plus qu’alléchant Quand on aime on a toujours vingt ans, qui réunira sur scène, tenez-vous bien, Clémence DesRochers Yvon Deschamps, Jean-Pierre Ferland et Louise Latraverse. « L’idée était de ne réunir que des artistes qui ont plus de 80 ans et de mettre en valeur leurs chansons. Louise Latraverse servira de lien entre eux, et des artistes viendront interpréter leurs chansons. »

Entre les deux, donc, plusieurs spectacles uniques, dont une lecture de la pièce de Michel Tremblay Le paradis à la fin de vos jours par Guylaine Tremblay, Martine St-Clair qui interprète ses grands succès le temps d’une soirée, Frida Kahlo Correspondance par Sophie Faucher, Stradivarius intime avec Alexandre Da Costa, la rentrée montréalaise de Luce Dufault avec son nouveau spectacle.

« Certains spectacles sont des créations, d’autres existaient déjà, mais étaient passés dans l’ombre pour les raisons qu’on connaît, explique le producteur. Ça permet de mieux les repositionner et de les rendre accessibles. »

Si la réponse du public et des médias est bonne, Les arts d’été pourrait très bien devenir récurrent… mais pas nécessairement l’été. « On pourrait faire notre propre niche, dans une période plus calme au niveau culturel. Et au lieu d’être étalé sur trois mois, ce serait plus serré dans le temps, dix jours peut-être. »

Ce qui est certain, c’est que les Productions Martin Leclerc continueront à mettre de l’avant le patrimoine culturel d’ici et les artistes qui l’ont construit.

« C’est la mission de l’entreprise depuis le début. Je suis moins dans un courant d’artistes émergents, d’autres le font très bien. Nous travaillons avec des artistes établis et le but est de mettre en valeur leur talent. »

Tous les billets pour Les arts d’été sont disponibles sur le site de la Place des Arts.