Deux acteurs importants du milieu de la musique, les producteurs Paul Dupont-Hébert et Martin Leclerc, ont décidé d’unir leurs forces et leur expertise dans un nouveau partenariat, annoncent-ils ce mardi.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

« L’idée est de rapprocher notre passion pour donner le signal fort qu’on croit au retour du spectacle vivant », a dit en entrevue le président de Tandem, Paul Dupont-Hébert, qui espère que cette union leur permettra de devenir des « acteurs majeurs » de l’industrie.

On l’était déjà chacun de notre côté, mais ensemble, on va représenter une force par rapport aux salles, aux diffuseurs, aux festivals, aux musiciens, aux artistes. On souhaite dynamiser l’industrie, qui en a bien besoin.

Paul Dupont-Hébert, producteur

À deux, les producteurs ont accumulé environ 80 ans d’expérience et ont pratiquement tout fait dans le milieu de la musique. Parmi une foule d’autres choses, Paul Dupont-Hébert, qui a fondé Tandem en 2008, a été gérant d’Harmonium, a produit le spectacle Notre-Dame de Paris et a été président de l’ADISQ, alors que Martin Leclerc, qui a fondé Productions Martin Leclerc en 2013, a travaillé chez Warner, GSI, Productions J et Musicor.

Surtout, les deux hommes partagent une sensibilité et un goût pour tout ce qui est « populaire », « dans le sens d’“apprécié du public” », précise Martin Leclerc. Non seulement ils travaillent avec beaucoup d’artistes établis — Jean-Pierre Ferland, Gilles Vigneault, Luce Dufault, le spectacle Pour une histoire d’un soir avec Joe Bocan, Marie Denise Pelletier et Marie Carmen, pour ne nommer que ceux-là —, mais ils sont aussi parmi les rares à encore faire tourner des artistes européens ou de la « grande francophonie », de Cabrel à La Compagnie créole.

Il y aura probablement un repositionnement des effectifs parmi les deux équipes « restreintes et efficaces », parce que ce partenariat amènera plus d’action et d’achalandage, expliquent-ils. Mais les deux entreprises garderont chacune leur nom, et on parle ici vraiment de mise en commun et de collaboration, et non d’une nouvelle entité.

« Par exemple, ce sera plus facile quand on voudra faire des spectacles et des albums concepts », dit Paul Dupont-Hébert. « Aussi, Paul fait de la télé, et moi, j’ai toujours voulu explorer ça », explique de son côté Martin Leclerc.

Prêts à rebondir

Avec les annulations et les reports de spectacles à répétition, les deux partenaires ne cachent pas que l’année 2020 a été « une année de tristesse » difficile pour tout le monde. Même si, dans leur cas, ils ont réussi à replacer la majorité de leurs représentations. « C’est dû beaucoup à la notoriété des artistes avec qui on travaille, qui avaient bien vendu au niveau de la billetterie », estime Martin Leclerc. Mais ils avaient commencé à parler d’un partenariat possible avant la pandémie, parce qu’ils sentaient qu’ils étaient « rendus là », précisent-ils.

Maintenant, ils sont convaincus que l’industrie va rebondir « comme un élastique », dit Paul Dupont-Hébert, et ils piaffent un peu d’impatience en attendant la reprise.

Malgré ce qu’on vit depuis un an, ça ne nous a pas empêchés d’être créatifs. Là, je me sens comme sur une piste d’aéroport, quand tous les avions sont l’un derrière l’autre avant le décollage.

Martin Leclerc, producteur

Les deux entités combinées signifieront environ 400 représentations dans une année « normale », et une douzaine d’albums. « Ça veut dire plus d’un spectacle par jour ! », s’exclame Paul Dupont-Hébert.

« L’automne prochain, on sait déjà qu’on aura des week-ends à 10, 12 spectacles. Il faudrait que je te montre nos calendriers ! lance Martin Leclerc. Ça fait travailler beaucoup de monde, et c’est aussi notre fierté. »

Avec les mesures sanitaires très strictes et le couvre-feu, les conditions restent difficiles dans le milieu des arts vivants, qui connaît une réouverture graduelle et incertaine. Mais ils croient que le public et le plaisir vont revenir.

« On s’attend à un retour chaleureux, dit Paul Dupont-Hébert. Et nous, on veut donner un signal fort qu’on sera prêts, que les artistes seront bien représentés et que les diffuseurs auront des shows de qualité. »

Les deux partenaires ont aussi l’intention de concevoir d’autres créneaux, en théâtre particulièrement, et ont des projets hors du monde des arts. Leur enthousiasme est évident, ils parlent d’un spectacle « surprenant » qui devrait durer des années et qu’ils annonceront bientôt, ont commencé à « travailler doucement » sur un casting pour Notre-Dame de Paris en 2022. Qu’est-ce qu’ils apprécient le plus chez l’autre ?

« Paul, c’est sa créativité, sa persévérance, son endurance et sa passion », dit Martin Leclerc. « Moi, j’envie le talent artistique de Martin, dit Paul Dupont-Hébert. Et son amour des artistes, que je partage. »