En cinq mois, Énola Bédard est passée de 1 à 6 millions d’abonnés sur TikTok. Un tremplin incroyable pour cette jeune danseuse professionnelle, ex-concurrente de l’émission Révolution à TVA, qui devrait s’installer prochainement à Los Angeles pour y poursuivre sa carrière.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

En attente de son visa, Énola Bédard prévoit s’envoler pour la Cité des anges d’ici un mois et demi. En plus de continuer à enregistrer des classes virtuelles pour le site Dance Tutorials du vidéaste Brazil, elle collaborera avec World of Dance, entreprise connue dans le milieu de la danse pour ses compétitions organisées de par le monde et pour la téléréalité du même nom diffusée sur la chaîne NBC. « Puisqu’avec la COVID-19, les compétitions sont arrêtées, ils m’ont approchée pour que je puisse faire des vidéos pour promouvoir des artistes, précise-t-elle. Quand tout va reprendre, ils veulent m’engager pour peut-être juger ou danser lors de compétitions. » En parallèle, la danseuse de 20 ans, résidante de Québec, intégrera aussi le groupe de danseuses ambassadrices de la marque de boissons énergisantes Bang Energy.

Il ne s’agira pas du premier séjour à Los Angeles pour celle qui a décroché un rôle dans la série Julie & The Phantoms du cinéaste et chorégraphe Kenny Ortega (High School Musical), dont la première saison a été lancée sur Netflix en septembre dernier (la suite n’a pas été confirmée). Mais, cette fois, elle pourrait s’y établir pour de bon.

« Mon plus grand objectif serait de travailler avec des artistes en tournée mondiale, de faire des films en tant que danseuse », confie Énola Bédard, qui a commencé à danser à l’âge de 13 ans. « TikTok peut vraiment m’ouvrir toutes ces portes. »

Dans l’œil de J.Lo, de Shakira et de Cardi B

En juin dernier, elle publiait sur cette plateforme ses premières vidéos conçues dans le but de se faire connaître comme danseuse professionnelle. Aujourd’hui, elle compte 6,4 millions d’abonnés, dont la chanteuse Shakira. Cette dernière, Jennifer Lopez et Cardi B ont relayé ses vidéos. Des maisons de disques la joignent régulièrement pour promouvoir des chansons de leurs artistes pour lesquelles elle crée des chorégraphies qu’elle diffuse sur TikTok.

Il y a peu de danseurs professionnels qui ont percé sur la plateforme. Je suis rendue à 6,4 millions d’abonnés, et on compte peut-être une dizaine de danseurs qui ont percé autant.

Énola Bédard, formée en ballet, en jazz, en danse contemporaine et en hip-hop

Pour attirer l’attention, elle a décidé de miser sur son savoir-faire plutôt que de suivre les défis à la mode. « J’ai recopié des clips, j’ai créé mes propres chorégraphies, souligne-t-elle. Pendant deux mois, j’ai eu 100 000 abonnés. Puis, une vidéo est devenue virale, et les gens ont pu voir ce que j’étais capable de faire. »

Cette vidéo, qui a été vue 31 millions de fois, a été tournée aux Galeries de la Capitale, à Québec. Danser dans les lieux publics est devenu la signature d’Énola Bédard, qui a trouvé là une façon de se démarquer. « Les gens ont tellement peur du ridicule, de se laisser aller, fait-elle remarquer. Je faisais toujours des vidéos dehors avec ma mère, mais pas en public. Je me suis dit : pourquoi ne pas l’essayer en public et montrer que, peu importe ce que les gens pensent, on s’en fout tellement. »

> Regardez la vidéo

Sa mère est celle qui filme presque toutes ses vidéos. Un travail prenant, considérant que la danseuse s’est donné pour objectif d’en créer trois par jour. « L’été dernier, on travaillait toutes les deux à temps plein – je travaillais avec mon papa, je tondais la pelouse, raconte Énola. Je me levais à 6 h, je finissais de travailler vers 16 h 30, 17 h et j’allais filmer des vidéos toute la soirée, la fin de semaine aussi. Ç’a été deux mois vraiment difficiles. » Mais, ultimement, ses efforts ont payé. Aujourd’hui, elle tire suffisamment de revenus de TikTok grâce à la promotion de chansons, de vêtements ou d’autres produits pour pouvoir se consacrer à ses vidéos à temps plein.

Les compétitions et les cours de danse ayant été mis sur pause en raison de la pandémie, elle s’était tournée vers TikTok sans trop d’attentes. « Finalement, ç’aura été l’année qui aura changé ma vie. »

Celle qui a participé aux deux saisons de l’émission Révolution pourrait-elle tenter de prendre sa revanche dans une éventuelle troisième saison, comme l’a défiée « l’égérie » Sarah-Jeanne Labrosse ? « J’adore les défis, alors je ne dirais pas non, répond Énola. Mais je reviendrais juste si j’ai le temps, si ça fitte avec mon horaire. C’est sûr que si de nouvelles occasions se présentent, je vais aller vers ça. » Rappelons que, bien qu’elle ait brillé lors de la deuxième saison avec sa performance singulière sur une chanson de l’artiste belge Angèle, Énola avait, contre toute attente, été éliminée à l’étape du ballottage.

> Consultez le compte TikTok d’Énola