Nos suggestions de spectacles.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Jean Siag Jean Siag
La Presse

En vedette : Alice Moreault, théâtre existentiel 

Qu’est-ce qu’on fait sur Terre ? Qu’est-ce que la mort ? Est-ce que le temps existe ? Vastes questions… 

Trois jeunes acteurs qui sont aussi des amis dans la vie, Alice Moreault, Noémie O’Farrell et Frédéric Lemay, ont décidé de partir en quête de réponses à ces questionnements métaphysiques universels et d’en faire la matière première de leur spectacle collectif Tout passera. Pour ce faire, ils ont lu des poètes, des auteurs, des philosophes : Spinoza, Proust, Bobin, Beauvoir… Carl Gustav Jung les a beaucoup interpellés. 

« Pour transposer nos idées, on a imaginé un personnage théâtral, Annie, qui fait face au deuil de son père et qui doit, pour traverser cette épreuve, trouver d’autres codes que ceux de la religion et du sacré », explique Alice Moreault, qu’on a pu voir récemment au théâtre dans Les Louves et Les Plouffe.

Parallèlement, les créateurs ont documenté leur démarche, qui s’est étirée sur une année. Beaucoup de matériel a aussi été archivé, pour témoigner du temps qui passe. « Le résultat se situe entre la fiction d’Annie et le théâtre documentaire », dit l’actrice de 28 ans. 

« On construit le spectacle sous les yeux du public, avec sa complicité. Une marche à la fois, on cherche ensemble à donner à Annie de nouveaux codes pour faire face au deuil. On n’a pas la prétention de répondre aux grandes questions de l’existence. » 

Les trois interprètes incarnent tour à tour cette Annie, qui n’est personne en particulier et « tout le monde à la fois ». Le public est aussi invité à faire partager aux acteurs sa vision de la mort (et, par ricochet, de la vie). « On compte poursuivre notre réflexion et notre processus de création à partir de ce que le public va nous donner », conclut Moreault. 

Au Théâtre Prospero (salle intime), jusqu’au 21 mars

> Consultez le site du Prospero

En reprise : Hurlevents, l’amour, toujours l’amour !

PHOTO GUNTHER GAMPER, FOURNIER PAR LA PRODUCTION

Alex Bergeron et Kim Despatis dans la pièce Hurlevents

Hurlevents, la pièce de Fanny Britt qui fait écho aux personnages du roman Les hauts de Hurlevent, a entrepris une tournée au Québec. Brillamment mise en scène par Claude Poissant, interprétée par Alex Bergeron, Rose-Anne Déry, Kim Despatis, Benoît Drouin-Germain, Alice Pascual et Catherine Trudeau, la production se déroule aujourd’hui, 170 ans après la publication du célèbre roman d’Emily Brontë. Elle expose « des jeunes habités par leurs ambitions, leurs absolus, leurs passions dévorantes. En installant une intrigue dont les ressorts sont empreints de justesse et d’humour », avait-on écrit dans La Presse en février 2018.

Hurlevents, en tournée, jusqu’au 8 avril

> Consultez les dates de la tournée

À Québec : Roméo et Juliette au Trident

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

L’autrice Rébecca Déraspe

L’autrice Rébecca Déraspe signe cette adaptation du classique des classiques de William Shakespeare dans une mise en scène de Jean-Philippe Joubert, avec Marie-Josée Bastien, Olivier Normand et 16 autres interprètes. « C’était impensable pour moi, à l’intérieur de la mission du Trident qui est de monter les grands classiques, de ne pas réinventer cette magnifique et poignante histoire », affirme la directrice artistique Anne-Marie Olivier, à propos de son choix de programmer Roméo et Juliette dans ce théâtre de la Vieille Capitale.

Roméo et Juliette, au Trident, du 3 au 28 mars

> Consultez le site du Prospero

En rappel : Tom au Brésil

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Tom na Fazenda (Tom à la ferme) de Michel Marc Bouchard, Mise en scène de Rodrigo Portella. Du 3 au 12 mars à l’Usine C à Montréal.

Depuis sa création en janvier 2011, Tom à la ferme de Michel Marc Bouchard a été jouée un peu partout dans le monde et portée au cinéma par Xavier Dolan. Dans le Brésil de Jair Bolsonaro, la pièce Tom na Fazenda a touché une corde sensible avec la recrudescence du nombre de meurtres homophobes. La magnifique, brutale et puissante production signée Rodrigo Portella (vue au FTA il y a deux ans) est de retour à Montréal pour huit représentations à l’Usine C. À ne pas manquer ! 

Tom na Fazenda, à l’Usine C, du 3 au 12 mars

> Consultez le site de l’Usine C

Cirque : cabaret du Monastère

Le Monastère commence l’année avec un cabaret de cirque animé par René Bazinet, qui a notamment collaboré avec le Cirque du Soleil. Parmi la dizaine d’artistes invités, mentionnons la présence de l’artiste aérienne Annie L’Archevêque-Smith, de l’équilibriste Geneviève Drolet, ainsi que les trapézistes Nicolas Allard et Arthur Mortel Van Hyfte. La contorsionniste Giulia Scarmarcia, la danseuse contemporaine Kyra Jean Green et le spécialiste de hula-hoop Kellin Quinn seront également présents.

Les soirées cabaret de cirque, à l’Église St. Jax, les 6 et 7 mars

> Consultez le site du Monastère

 Citation de la semaine

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Sylvain Bélanger

C’est difficile d’écrire à partir d’aujourd’hui. Tout va très vite ! On est un tissu de mémoire qui enregistre des milliers d’informations à chaque instant. La culture générale est au bout de notre téléphone. Alors, pour un écrivain, c’est difficile de prendre du recul par rapport au bruit ambiant.

Sylvain Bélanger, directeur du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, en entrevue pour la création de Ceux qui se sont évaporés, de Rébecca Déraspe

Théâtre citoyen : ceux que l’histoire a oubliés

Patrice Dubois, Soleil Launière et Alexandre Castonguay de la pièce Courir l’Amérique

L’histoire avec un grand H a la mémoire sélective, c’est connu. L’artiste Alexandre Castonguay a décidé d’y remédier. Il a arpenté le pays pendant plusieurs semaines pour débusquer ceux que l’histoire officielle a négligés. Aidé par Patrice Dubois et Soleil Launière, il s’est inspiré de ses rencontres – mais aussi des livres de Serge Bouchard et de Marie-Christine Lévesque – pour la pièce Courir l’Amérique, qui s’inscrit dans la grande lignée du théâtre documentaire. Accompagnés sur scène par des citoyens pour une conversation à plusieurs voix, les trois créateurs espèrent sonder notre mémoire collective (avec ses trous béants) et poser leur loupe sur les livres d’histoire qui nous servent de référence depuis l’enfance et dont il manque plusieurs pages.

Courir l’Amérique, au Théâtre de Quat’Sous, jusqu’au 28 mars

> Consultez le site du théâtre