La nécessité est la mère de l’invention, dit le proverbe. Comme tous les artistes de la scène, Gen Morin et Antoine Carabinier Lépine ne peuvent plus exercer leur métier « en présentiel » depuis le début de la pandémie.

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Les deux membres du Cirque Alfonse ont donc décidé de lancer Lèche-Vitrine. Un projet artistique sympathique et spontané qui consiste à transformer la vitrine d’une crémerie de la rue Ontario, fermée durant l’automne et l’hiver, en minuscule scène où peuvent se produire des artistes. Pour continuer d’exister dans l’œil du public.

« En cette période où les arts vivants n’ont plus de scène où s’exprimer, Lèche-Vitrine est une initiative ponctuelle pour répondre à la situation particulière du confinement pour les arts vivants. On propose un clin d’œil artistique, des performances attrapées au passage, pour éviter les rassemblements. Le but, c’est de mettre un sourire dans le visage des passants », explique M. Carabinier Lépine.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Nicolas Morin, Alice Kop, Antoine Carabinier Lépine et Gen Morin, codirecteurs de Lèche-Vitrine

La Presse a rencontré l’artiste circassien sur la Promenade Ontario, jeudi soir, devant la vitrine en question. L’enceinte est coincée entre un dépanneur, un salon de coiffure et une boulangerie artisanale.

Ce soir-là, Carlos, un jongleur de La Caserne, un centre des arts du cirque d’Hochelaga, amusait les passants en faisant tenir en équilibre des verres de vin avec sa bouche. La veille, une contorsionniste s’est exécutée durant plusieurs heures. Avant cela, Antoine Carabinier Lépine a aussi occupé l’espace avec son « marathon de tricot » : « J’ai tricoté des tuques et une paire de pantoufles durant 12 heures d’affilée, dit-il. Les gens pensaient qu’on ouvrait une boutique de laine ! » 

La vitalité artistique d’Hochelaga

Jusqu’au 6 novembre, Lèche-Vitrine présentera un artiste différent à chaque tombée du jour. Et pas seulement de cirque. Il y aura aussi des danseurs, des peintres et des interprètes de la scène qui s’exécuteront dans cet espace restreint. On aura compris que la programmation est à la fois amusante et éclectique.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

« On mise sur la diversité des propositions et la vitalité artistique du quartier Hochelaga pour offrir des flashs artistiques vivants qui accompagneront les passants du voisinage », explique Antoine Carabinier Lépine.

« On mise sur la diversité des propositions et la vitalité artistique du quartier Hochelaga pour offrir des flashs artistiques vivants qui accompagneront les passants du voisinage, explique Antoine Carabinier Lépine. Les artistes en profitent pour renouer en toute sécurité avec un public, à travers une vitrine. Et tester des propositions inusitées, de nouvelles formes. »

Après Bonheur mobile et ses défilés dans les ruelles du quartier, l’été dernier, Lèche-Vitrine est le second projet de La Compagnie des autres, fondée en 2020 par Carabinier Lépine, Alice Kop et Nicolas Fortin. Sa mission est de soutenir la création en cirque et d’encourager la diversité des initiatives d’ici. Le codirecteur artistique, qui habite, tout comme ses collègues, dans Hochelaga-Maisonneuve, espère qu’après Lèche-Vitrine, la jeune troupe pourra créer d’autres projets avec l’arrondissement. Et animer de nouveau la vie de quartier en offrant aux citoyens un peu de magie en ces temps de grisaille et de pandémie.

Jusqu’au 6 novembre, devant le 3225B, rue Ontario Est, adjacent à la boulangerie voisine, Les 3 Patapoufs.