Les spectacles musicaux tentaient un timide retour sur scène cet automne. Or, voilà que tout est de nouveau sur la glace. Le point avec ceux qui avaient pris le risque de se lancer malgré les contraintes… en vain.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

« Nous étions heureux d’avoir des projets. Le gouvernement nous avait demandé de faire des devoirs et on les a faits. Mais il faut repartir à zéro. »

Après avoir dû reporter au début de la pandémie plus de 400 spectacles à 2021 et 2022, le producteur Martin Leclerc (Kaïn, Brigitte Boisjoli, Luce Dufault) doit mettre sur la glace ceux qu’il avait réussi à produire en octobre (dans des zones déclarées rouges depuis lundi).

« On ne peut plus être créatifs. C’est au gouvernement à l’être », se désole-t-il.

Lundi, le premier ministre François Legault a promis en conférence de presse qu’il allait aider financièrement le milieu culturel. « Nous n’avons même pas reçu l’aide qu’il a annoncée au mois de mars, lance Martin Leclerc. L’espoir et la patience de tous commencent à s’épuiser. On fait des projets pour faire travailler le monde. »

Martin Leclerc produit la série L’histoire de mes chansons. Les quatre spectacles, prévus du 22 au 25 octobre à la salle Pratt & Whitney Canada du Théâtre de la Ville, à Longueuil, affichaient complet.

Chaque soir, une légende (Clémence DesRochers, Jean-Pierre Ferland, Stéphane Venne et Yvon Deschamps) devait avoir droit à un hommage livré par d’autres artistes au cours d’une soirée animée par Monique Giroux.

PHOTO FOURNIE PAR LES PRODUCTIONS MARTIN LECLERC

Marie Denise Pelletier, Joe Bocan et Marie Carmen

Joe Bocan, Marie Carmen, Marie Michèle Desrosiers, Luce Dufault, Sophie Faucher et Marie Denise Pelletier devaient notamment être réunies sur scène pour Clémence DesRochers.

« On réfléchit avec le Théâtre de la Ville à savoir si on peut capter les spectacles sans public », précise Martin Leclerc.

Ce dernier a néanmoins décidé d’annuler les spectacles de Noël, une tradition en chanson qu’il produisait en décembre (même si des dépenses de production et de promotion ont déjà été engagées). Il veut éviter de travailler une fois de plus pour rien. « La pause va durer combien de temps ? » se demande-t-il.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

« On ne peut plus être créatifs. C’est au gouvernement à l’être », se désole le producteur Martin Leclerc.

Et si des spectacles ont lieu à Sherbrooke, par exemple, des gens de Montréal pourront-ils s’y rendre ?

Il y a tout cela. Aussi bien arrêter et recommencer quand le gouvernement nous y autorisera. Mais pour l’instant, on ne peut plus se réinventer.

Martin Leclerc. producteur

Martin Leclerc confie qu’il ne s’attendait pas à une annonce aussi « drastique » de la part du gouvernement Legault. Il s’attendait à ce que le nombre de personnes autorisées dans un rassemblement passe de 250 à un nombre inférieur, par exemple. « C’est un coup dur à avaler. »

Chose certaine, le producteur souhaite qu’un comité de « relance ou de consultation » soit créé avec la ministre de la Culture et la SODEC. « Il faut mieux préparer le milieu quand il y a de telles annonces. Il faut mieux communiquer les informations. »

Cœur de pirate garde espoir

Cœur de pirate a annoncé récemment des dizaines de dates de tournée pour le début de 2021, avec même un premier spectacle en décembre. Les annonces de lundi l’ont surprise, a-t-elle dit par téléphone à La Presse.

Comme Martin Leclerc, elle croit que le milieu culturel doit être davantage consulté.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Cœur de pirate

Je me rends compte qu’on assiste un peu à la mort du spectacle vivant. Je capote un peu, pour être honnête. Mais c’est normal, les gens font de leur mieux et prennent les mesures qui ont le plus de sens pour eux, mais sans vraiment consulter. En fait, on ne nous consulte jamais.

Cœur de pirate

La coach à La voix croit qu’il est encore possible que sa tournée ait lieu. Elle croise les doigts, mais elle reste philosophe. « C’est encore possible. Mais mine de rien, la vie continue, moi, tant que les enfants vont à l’école, ça va. »

Un casse-tête

Les festivals Pop Montréal et les Francos peuvent pour leur part se consoler d’avoir eu lieu la semaine dernière avec plusieurs prestations musicales sur scène devant public, mais de nombreux producteurs et artistes doivent aussi annuler des spectacles sur lesquels ils travaillaient depuis des mois.

C’est le cas de Dumas, qui ne pourra — pour l’instant — présenter que mercredi soir à La Tulipe le spectacle concept de son album Le cours des jours. Les six supplémentaires prévues à Montréal en octobre sont reportées (mais celles de Sherbrooke et Québec sont maintenues). « Nous travaillons à élaborer un nouveau calendrier. Ceux de novembre sont maintenus », précise Marie-Christine Champagne, de l’étiquette et de la boîte La Tribu.

Catherine Simard, de la Maison Fauve, est forcée d’annuler les spectacles en zones rouges que Dominique Fils-Aimé devait donner cet automne.

Dans un message publié sur Facebook, Catherine Simard a qualifié de « démentiel » le travail qui a été fait au cours des derniers mois « pour qu’une certaine offre culturelle soit accessible cet automne et que ça soit dans des environnements sécuritaires ».

Elle ne comprend pas pourquoi les salles de spectacle et de cinéma ferment alors que les salles de conditionnement physique et les centres commerciaux demeurent ouverts. Selon elle, cela envoie le mauvais message à la population. « Alors qu’on commençait à peine à redonner confiance au public et à souffler un peu, quel message ça envoie pour les mois à venir ? a-t-elle écrit. Dans les zones moins chaudes, bonne chance pour vendre des billets de spectacles ! »

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Sienna Dahlen

De son côté, l’OFF Festival de jazz de Montréal a annoncé mardi maintenir sa portion numérique, dans la foulée de l’interdiction des spectacles imposée par le passage de la grande région de Montréal en zone rouge.

Ainsi, les concerts prévus au Lion d’Or les 2 et 3 octobre, mettant en vedette le Gentiane MG Trio, le Simon Legault Trio, la carte blanche à Sienna Dahlen et la prestation de Lawful Citizen auront donc lieu comme prévu, mais sans public. Les prestations seront retransmises en direct sur la page Facebook de l’OFF jazz.

– Avec la collaboration de Josée Lapointe et d’Alexandre Vigneault, La Presse