L’annulation ou le report de 3700 représentations en salle entre le 12 mars et le 30 juin a entraîné des pertes en billetterie de 17 millions, selon une étude réalisée par la firme AppEco à la demande de l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles RIDEAU.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

L’Étude sur la contribution économique des diffuseurs des arts de la scène à l’économie du Québec chiffre de façon précise les pertes subies par les diffuseurs pluridisciplinaires depuis le début de la pandémie. On parle des salles qui présentent à la fois des spectacles de musique, de danse, de théâtre, de cirque, etc., et qui sont dans la grande majorité des cas des OBNL.

Chaque mois d’inactivité entraînerait ainsi des pertes de 7 millions chez ces diffuseurs, qui comptent 350 salles au Québec. Pire, les 1940 emplois directs liés à ce réseau de salles seraient menacés « en raison du manque de soutien financier », conclut l’étude, les revenus de billetterie représentant bien souvent de 70 % à 80 % des revenus totaux.

« On est presque complètement dépendants de nos revenus de billetterie, déplore le président de RIDEAU David Laferrière, qui est aussi le directeur général du Théâtre Gilles-Vigneault à Saint-Jérôme. Ce qu’on constate, c’est que les gouvernements québécois et municipaux assurent 34 % des revenus des diffuseurs, comparativement à 40 % pour les arts de la scène. En situation de crise, on ressent ce manque à gagner. »

Aide additionnelle demandée

Malgré l’annonce par le ministère de la Culture et des Communications d’une aide de 20,3 millions à 318 organismes de création, de production et de diffusion soutenus par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), RIDEAU estime que les diffuseurs pluridisciplinaires ont besoin d’une aide additionnelle, les restrictions actuelles et les pertes de revenus autonomes excluant toute perspective de rentabilité.

Cette aide est bienvenue, et elle va nous aider à passer à travers l’automne, mais avec les jauges actuelles, on va continuer à diffuser nos spectacles à perte.

David Laferrière, président de RIDEAU David Laferrière

« Au Théâtre Gilles-Vigneault, on ne peut accueillir que 210 personnes malgré nos 860 sièges, selon les règles sanitaires actuelles. Donc, sans aide additionnelle à la billetterie pour compenser ces pertes, les salles ne tiendront pas plus que six à huit mois. »

L’Étude sur la contribution économique des diffuseurs des arts de la scène à l’économie du Québec évalue les revenus des arts de la scène au Québec à 300 millions. Les membres de RIDEAU généreraient 144,6 millions de ces revenus.