Danser : Donner est un nouveau projet mené par le chorégraphe et interprète Sébastien Cossette-Masse. L’idée est porteuse : un spectacle de danse présenté à l’extérieur de résidences pour personnes âgées, une façon « d’amener une présence humaine » au cœur de la pandémie.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Interprète depuis une dizaine d’années, Sébastien Cossette-Masse a dansé dans des créations de Marie Chouinard ou encore, plus récemment, dans le spectacle Danse Lhasa Danse (PPS Danse). Il est derrière Nouveau Mouvement, un projet artistique récemment lancé qui explore l’idée du corps énergétique et du potentiel créateur de la pensée sur le mouvement.

« Mon but est de produire des spectacles pour les personnes qui ont moins accès à la danse. Le volet social et communautaire de mes créations, c’est ce qui vibre beaucoup pour moi en ce moment », explique le créateur.

Ainsi, sa première longue création, Logique floue, un spectacle expérientiel explorant le format du jeu d’évasion, a été pensé pour être présenté dans les maisons des jeunes ; Corps & Graphies, une courte pièce, avait été créée à la fin de 2019 pour amasser des fonds dans le cadre de la Journée internationale des personnes handicapées. Avec Danser : Donner, c’est un public plus mature qui est visé : celui des personnes âgées, frange de la population touchée de plein fouet par la pandémie de COVID-19.

« Tout est né d’une conversation avec une amie qui m’a un peu mis au défi en me demandant comment je pourrais aider avec mon talent, dans la crise actuelle. C’est super de coudre des masques, d’aller aider en CHSLD ou dans une ferme, mais mon talent, c’est la danse, la présence », raconte-t-il.

L’idée de créer un spectacle qui serait présenté à l’extérieur des centres d’hébergement ou résidences pour personnes âgées a ainsi pris forme. « Ces gens sont encore très isolés. L’idée, c’est d’amener une présence humaine, dans un contexte où l’art est devenu très virtuel en ce moment. » Une façon de briser la solitude, et de créer des liens, par le mouvement.

Un spectacle « arc-en-ciel »

PHOTO HUGO B. LEFORT, FOURNIE PAR NOUVEAU MOUVEMENT

L’équipe derrière la création Danser : Donner : Nicholas Bellefleur, Audrey Bergeron, Élise Bergeron, Emmanuelle Bourassa-Beaudoin, Vanessa Brazeau, Ariane Boulet, Sébastien Cossette-Masse, Catherine Dagenais-Savard, Stéphanie Decourteille, Émilie Gratton, Audray Julien, Eva Koralova, Morgane Le Tiec, Gabrielle Simard, Julie Tymchuk et Julie Valois

Sébastien Cossette-Masse a donc rapidement mis sur pied une équipe de 15 danseurs avec lesquels il a collaboré (à distance, sur Zoom) pour créer la pièce. Une campagne de financement, lancée sur GoFundMe, lui a permis d’amasser plus de 1500 $ afin de soutenir le projet. La pièce, qui se veut malléable et flexible, est à géométrie variable, selon le nombre des danseurs ou le lieu où elle est campée (cours intérieures, devant les résidences, sur le trottoir…).

Danser : Donner se veut l’occasion d’offrir une échappatoire au quotidien aliénant des derniers mois pour nos aînés. « J’avais envie d’arriver avec un univers, une scénographie mobile remplie d’explosion florale, de confettis… Amener une danse arc-en-ciel pleine de couleur, qui ouvre la porte des possibles », lance le chorégraphe.

PHOTO HUGO B. LEFORT, FOURNIE PAR NOUVEAU MOUVEMENT

Une dame se laisse porter par le mouvement pendant une représentation de Danser : Donner.

La première de la pièce, présentée le 5 juin dans la cour intérieure d’une résidence de personnes âgées à Contrecœur, avait vraiment « quelque chose de magique », tel que l’espérait le créateur. « Les gens nous ont accueillis avec une grande joie, des ballons. Pendant 30 minutes, le temps n’existait plus, on était en flottement. Il y a eu une connexion entre les danseurs et les résidants dans les regards, les présences. J’étais moi-même étonné de toute cette douceur ! Semble-t-il qu’on est encore le sujet de conversation dans la résidence, trois jours plus tard ! », ajoute-t-il.

Le spectacle a déjà intéressé d’autres établissements ; les prochains vendredis, il sera présenté dans les trois résidences montréalaises Enharmonie puis, plus tard ce mois-ci, dans des coopératives pour personnes âgées de Sherbrooke. L’équipe espère voir d’autres résidences emboîter le pas et souhaite visiter nos aînés tout l’été.

> Obtenez plus d’information sur Danser : Donner