Comment penser l’art vivant dans un contexte de distanciation physique où la question de la reprise des spectacles en salle demeure une énigme ?

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

L’équation est difficile à résoudre. L’Agence Mickaël Spinnhirny se lance à l’eau avec La question des fleurs, une nouvelle œuvre pensée pour être présentée en salle. Quatre chorégraphes ont créé ce spectacle en quatre tableaux pour deux interprètes, un couple, s’assurant ainsi de respecter les consignes sans se priver de la proximité physique. L’agence a imaginé un modèle économique innovant où la tournée se construit de manière évolutive, alors que les diffuseurs se voient proposer une promesse d’engagement, sans contrainte de date. L’Agora de la danse s’est déjà engagée à présenter l’œuvre. Le public peut dès maintenant suivre l’évolution de la création de l’œuvre sur le web.

> Suivez la création de La question des fleurs