Sous un même ciel, le spectacle du Cirque du Soleil qui devait initialement prendre l’affiche jeudi au Vieux-Port de Montréal a été reporté à l’an prochain. Sa première mondiale aura lieu le 22 avril 2021, presque un an jour pour jour plus tard, sous l’habituel grand chapiteau.

Alexandre Vigneault Alexandre Vigneault
La Presse

Le Cirque précise que la pandémie a « paralysé la production et suspendu temporairement la planification de la tournée du spectacle ». « Comme le monde entier est encore très affecté par la pandémie de COVID-19, nous n’avons d’autre choix que de reprogrammer le lancement de Sous un même ciel », déplore Daniel Lamarre, président et chef de la direction du Groupe Cirque du Soleil, dans un communiqué publié lundi.

Les événements publics étant interdits jusqu’au 31 août, il était clair que le chapiteau, déjà monté au Vieux-Port, ne serait pas animé ce printemps. Daniel Lamarre se réjouit néanmoins de pouvoir présenter ce nouveau spectacle en première mondiale à Montréal, « comme le Cirque du Soleil l’a toujours fait pour tous ses autres spectacles de grand chapiteau dans le passé ».

Le Cirque du Soleil traverse des moments particulièrement difficiles depuis le début de la crise sanitaire. Tournées, spectacles en résidences à Las Vegas, sous chapiteau en Floride ou hommage aux divas québécoises, tout a été annulé ou reporté ces dernières semaines, si bien que la multinationale du divertissement se trouve dans un position financière plus que fragile.

Presque tous ses employés ont été mis à pied temporairement et, en l’absence de ventes de billets, ses liquidités sont limitées. La dette du Cirque est d’environ 1 milliard de dollars. Des sources ont indiqué à La Presse ce printemps que le géant du divertissement avait envisagé de se mettre à l’abri se ses créanciers.