Le fondateur et directeur artistique de Cavalia, Normand Latourelle, a dévoilé ce matin les détails de son nouveau projet Illumi, féérie des lumières, qui sera inauguré le 1er novembre. Un parcours de structures lumineuses qui doit être aménagé à l’intersection de l’autoroute 15 et du boulevard Saint-Martin à Laval.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

Non, il n’y aura pas de chevaux, Normand Latourelle l’a répété plusieurs fois depuis l’annonce de la création de ce village illuminé en mars dernier. L’homme derrière les spectacles équestres Cavalia et Odysseo a plutôt cherché un moyen d’occuper l’immense terrain qu’il a déjà aménagé à Laval par le passé, en se servant de la technologie LED.

D’où cette idée de structures lumineuses qu’on retrouve à plus petite échelle au Jardin Botanique (dans les Jardins de lumières), mais qui occupera ici l’équivalent d’une trentaine d’arénas ! L’équipe de Cavalia a notamment dévoilé une maquette détaillée de l’ensemble du terrain qui abritera ce village illuminé.

Cette nouvelle création de Cavalia, qui a nécessité des investissements de 10 millions, sera présentée à Laval pendant cinq ans (du 1er novembre au 5 janvier). La ministre du Tourisme du Québec, Caroline Proulx, a annoncé une aide de 2 millions pour sa réalisation. La Ville de Laval, injectera quant à elle une somme totale de 750 000 $ sur cinq ans. Une centaine d’emplois seront créés.

Les huit tableaux qui composent Illumi ont été inspirés par les nombreux voyages de Normand Latourelle.

Le parcours de 2 km de long débutera par un marché de Noël, aménagé autour d’un immense « arbre de lumières » de 50 mètres de haut et de nombreuses aires de restauration. On entrera par la suite dans des « mondes fantastiques », dans la savane africaine, en Chine, en Amérique latine, en Europe ou encore dans les Pôles, où s’illumineront des ours polaires, de pingouins et des igloos.

Il faudra compter un minimum d’une heure et demie pour traverser l’ensemble de ces mondes, qui seront accessibles à partir de 16 h, jusqu’à 1 h du matin certains soirs.

Au total, on parle d’environ 20 000 structures lumineuses (à base de métal) toutes fabriquées en Chine depuis un an et demi environ où Cavalia a fait plusieurs tournées avec ses spectacles équestres. « On a tissé des liens avec des artisans chinois qui sont les maîtres de ce type de structures, nous dit Normand Latourelle, donc on fait affaire avec quatre ateliers différents. »

Le fondateur de Cavalia espère attirer entre 250 000 et 300 000 spectateurs dans son nouveau village illuminé, qui sera présenté « beau temps, mauvais temps », à un prix raisonnable d’environ 21 $ par personne. La moitié des revenus de la première semaine sera remise à la Cité de la santé de Laval, a aussi annoncé M. Latourelle, qui a plusieurs fois rappelé son attachement à la Ville dans laquelle il a grandi.