Source ID:e66022316f2b388889de42e9b3b00bab; App Source:StoryBuilder

XENOS: le dernier combat d'Akram Khan

Avec XENOS, Akram Khan livre son ultime performance... (Photo fournie par Danse Danse @ Jean-Louis Fernandez)

Agrandir

Avec XENOS, Akram Khan livre son ultime performance en tant qu'interprète.

Photo fournie par Danse Danse @ Jean-Louis Fernandez

Depuis près de 10 ans, Akram Khan ne manque pas une occasion de présenter ses créations à Montréal. Le chorégraphe est de retour ce soir sur la scène du Théâtre Maisonneuve à l'invitation de Danse Danse pour livrer une ultime performance en tant qu'interprète. Avec XENOS, il prête cette fois son corps aux milliers de soldats indiens envoyés comme chair à canon dans les tranchées de la Première Guerre mondiale.

Ultime défi d'Akram Khan, XENOS (étranger en grec) ne sera pas le moindre. À 43 ans, le danseur a laissé libre cours à l'imagination de Mirella Weingarten pour lui bâtir un décor en pente qui le plonge au coeur de l'enfer des tranchées de la Grande Guerre. «Tu dois lutter contre les éléments», a lancé la scénographe à l'artiste qui lui a répondu: «Je lutte déjà contre le plus grand des éléments: mon âge! Je combats le temps.»

Avant les balbutiements de XENOS, Akram Khan savait déjà que ce solo serait son chant du cygne en tant qu'interprète. «Je ne veux plus ressentir la douleur. Plus jeune, tu récupères vite, tu peux mieux gérer tout ceci. Mais plus vieux, c'est plus difficile. Je suis fatigué d'avoir toujours mal», explique-t-il à La Presse.

«La pente du décor dans XENOS est très dure sur le corps. J'aurais dû faire ça bien plus tôt!»

Accompagné de cinq musiciens sur scène, Akram Khan recrée ainsi à travers XENOS la souffrance et le sacrifice de milliers de soldats indiens disparus sur le front, dont l'histoire a jusqu'à tout récemment encore occulté l'existence. «Quatre millions de militaires issus des colonies ont été réquisitionnés par les armées européennes et américaines durant la Première Guerre mondiale. Un million et demi d'entre eux étaient indiens. En apprenant récemment cela, je me suis vraiment demandé qui avait écrit l'histoire!», s'insurge l'artiste né à Londres de parents immigrés en 1971 du Bangladesh.

Portés par l'envie de redonner une voix à ces combattants oubliés, Akram Khan et son équipe décident de plonger au coeur des archives de la Première Guerre pour créer XENOS. Ils y dénicheront notamment l'histoire d'un soldat indien arraché à sa carrière de danseur pour aller se battre sur le front.

Le mythe de Prométhée

«Au départ, je voulais créer quelque chose à partir du mythe de Prométhée, personnage de la mythologie grecque [créateur des hommes à partir d'argile qui a volé le feu à Zeus pour le leur donner et les sortir de leur primitivité] dont l'histoire a finalement été absorbée dans l'histoire de ce soldat. Le passé, le futur et le présent ne font qu'un, sont connectés. XENOS est une oeuvre d'art avec beaucoup de mouvements», résume Akram Khan, qui a pu compter sur le soutien de la dramaturge Ruth Little et de l'auteur Jordan Tannahill pour créer cette pièce.

Les cordes utilisées dans XENOS font référence à... (Photo fournie par Danse Danse © Tristram Kenton) - image 2.0

Agrandir

Les cordes utilisées dans XENOS font référence à la guerre
et au mythe de Prométhée.

Photo fournie par Danse Danse © Tristram Kenton

Le chorégraphe a d'ailleurs choisi d'utiliser près d'un kilomètre de cordes sur scène, tant en référence à la guerre qu'au mythe de Prométhée.

«Nous étions fascinés par les câbles auxquels étaient connectés les soldats dans les tranchées.»

«Les cordes sont aussi devenues une métaphore, celle de Prométhée enchaîné par Zeus à une montagne du Caucase», précise le chorégraphe.

Figure de proue du kathak (danse du nord de l'Inde) passée maître dans l'art de marier les genres, Akram Khan a choisi de travailler à nouveau avec le compositeur Vincenzo Lamagna afin de diriger les cinq musiciens juchés sur la montagne, surplombant l'interprète sur scène. «Nous avons choisi d'utiliser de la musique indienne classique, mais aussi le Requiem de Mozart. On est au coeur de la guerre, mais la musique parle aussi d'espoir», précise Akram Khan. «Je suis heureux de terminer ma carrière de danseur avec cette pièce», conclut l'artiste qui travaille déjà sur sa prochaine création, Outwitting the Devil, une pièce de groupe inspirée de l'épuisement des ressources. Il devrait également faire parler de lui prochainement alors qu'il collaborera avec un groupe de musique très connu en 2020. À suivre!

XENOS, à l'invitation de Danse Danse, du 13 au 16 février au Théâtre Maisonneuve.

Quelques statistiques

Poids du décor: 6000 kg

Temps pour assembler le décor: 8 ou 9 heures

Longueur des cordes utilisées sur scène: 1 km

Nombre d'éclairages différents: 80




À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>XENOS</em>: champs de bataille

    Critiques de spectacles

    XENOS: champs de bataille

    Dans XENOS, Akram Khan livre une ultime performance avant de tirer sa révérence en tant qu'interprète. Prenant les traits d'un soldat envoyé... »

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer