Source ID:; App Source:

Les Grands Ballets modifient leur programmation après une controverse

Ivan Cavallari... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

Ivan Cavallari

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

À la suite d'une pétition de la chorégraphe Kathleen Rea demandant aux Grands Ballets «d'inclure des femmes créatrices et d'utiliser un langage marketing respectueux envers les femmes», le directeur artistique Ivan Cavallari s'excuse et modifie sa programmation.

La semaine dernière, les Grands Ballets ont annoncé leur programmation 2018-2019, «Une ode à la femme». Elle comprenait un programme triple intitulé Femmes, signé par trois chorégraphes masculins, soit Douglas Lee, Marwik Schmitt et Mehdi Walerski. Les signataires de la pétition ont relevé l'absence de femmes parmi les chorégraphes.

Face à ces critiques, le directeur artistique des Grands Ballets, Ivan Cavallari, a annoncé à La Presse que le titre du spectacle sera désormais Parlami d'Amore et que ce ne sera donc plus la vision de la femme de trois chorégraphes. 

«On fait la paix et nous allons parler d'amour et de vie. Ce sera d'abord trois hommes chorégraphes qui parleront d'amour et trois femmes plus tard (lors de la prochaine saison)», explique Ivan Cavallari.

Le directeur artistique s'excuse également à toutes les femmes et les hommes qui sont choqués par ses choix artistiques: «Je cherche la paix et je n'ai aucun problème à dire que je m'excuse. Si quelqu'un sent que je dois m'excuser, je le fais sans problème. Pour ce qui est de ma vision artistique, j'essayais d'avoir une cohérence et de donner la vision de trois hommes, pour ensuite (dans une autre saison) donner la vision de trois chorégraphes femmes. Ça, c'était déjà planifié», a dit Ivan Cavallari.

Un chorégraphe se désiste

Même si le directeur artistique a changé le thème de son triptyque, le chorégraphe français Mehdi Walerski a décidé de se retirer du projet. 

«Je ne pourrais pas assez répéter à quel point les chorégraphes femmes et les danseuses sont un des piliers les plus forts de mon travail. Malgré tout, je suis conscient du manque de représentation et du manque de prédominance qu'elles subissent tout au long de leur carrière. Et je ne le supporte pas», a écrit Mehdi Walerski à La Presse.

Il a ajouté: «Je soutiens fortement une plus grande présence des femmes comme chorégraphes. Je veux une plus grande participation des créatrices dans le milieu de la danse.» 

À ce propos, le directeur artistique des Grands Ballets se défend de ne pas engager des femmes à des postes clés. Il mentionne que depuis son arrivée, en juillet 2017, il a demandé à ce qu'une femme soit chef d'orchestre (Dina Gilbert) et il a engagé la chorégraphe Bridget Breiner pour L'oiseau de feu, présenté dès la semaine prochaine, ainsi qu'Anabelle Lopez Ochoa pour Vendetta: Storie di Maffia, qui sera à l'affiche en mai. Pour la saison 2018-2019, la chorégraphe Cathy Marston signera L'amant de Lady Chatterley, spectacle d'ouverture des Grands Ballets.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer