La tournée Disney Live! est de retour au St-Denis pour le plus grand plaisir des tout-petits... et celui de l'empire du divertissement, qui vient faire sonner la caisse enregistreuse pendant tout le temps des Fêtes à Montréal. Difficile en effet de ne pas faire abstraction de l'aspect mercantile de l'opération, surtout quand le sac de barbe à papa coûte 10$! «C'est parce qu'il y a un chapeau qui vient avec, madame», explique le vendeur à la madame qui n'avait pas remarqué ledit chapeau, et qui a nettement l'impression de s'être fait avoir.

Josée Lapointe LA PRESSE

Il n'y a pas de quoi être surpris: quand on entre dans l'univers de Disney, on le fait sciemment, en sachant que les produits dérivés font partie intégrante de l'affaire. Malaise quand même en voyant le kiosque de souvenirs à l'entrée, les vendeurs qui se promènent dans les allées pendant l'entracte et la flopée de bébelles lumineuses, toutes plus attirantes les unes que les autres aux yeux des enfants.

Enfants qui, par ailleurs, passent un beau moment en assistant à cette comédie musicale plutôt rythmée menée par leurs personnages préférés. Mickey, Minnie, Dingo et Donald Duck organisent donc un spectacle de nouveaux talents, et partent à leur recherche à bord du «Mickey bus». La mise en scène de cette partie de la représentation est d'ailleurs intéressante, alors que défile sur un écran le paysage traversé par les quatre compères, sur terre, dans le ciel ou sous l'eau.

À chaque arrêt, ils rencontreront les futurs acteurs de leur spectacle et les convaincront d'y participer. Contrairement à l'an dernier, tous ceux qu'on a retrouvés sur scène sont extrêmement connus des petits francophones. Il y a d'abord Cendrillon, puis un trio issu d'Histoire de jouets (Woody, Jessie et Buzz Lightyear) et Tigrou, tigre bondissant de Winnie l'ourson. L'apparition de chaque vedette est ainsi ponctuée de ho! et de ha!, chaque acrobatie est chaudement applaudie, les regards sont émerveillés et les sourires épanouis. Il n'y a pas de doute, le plaisir est palpable.

Si les plus jeunes - la moyenne d'âge est d'environ 4 ans et demi - sont clairement le public cible, les un peu plus vieux apprécient les changements de robes et les numéros dansés. Chaque personnage revient en effet après l'entracte pour la présentation du fameux spectacle de nouveaux talents et, cette fois, on met toute la gomme avec les costumes et les chorégraphies. Puis Donald réussira enfin son «grand badaboum» avec un canon qui lancera sur la foule une pluie de confettis.

Les enfants quittent bien sûr la salle avec des étoiles plein les yeux. Le lipsync déficient sur des bandes préenregistrées - certains interprètes font de réels efforts pour avoir l'air de parler français, d'autres ne font qu'ouvrir et fermer la bouche -, s'il dérange les adultes, n'affecte pas beaucoup les petits. Mais ils remarquent tout de même le français approximatif de l'animateur-chanteur. «Il a dit quoi le monsieur?» demandent-ils après une blague dont personne n'a compris le punch...

Ils reviennent quand même à la maison en se racontant les steppettes de Tigrou et de Buzz, heureux de les avoir vus de si près. Mais le parent ne pourra s'empêcher de penser que, pour le prix d'un seul billet dans les premières rangées du parterre - il n'y a pas de tarif enfant -, il en aurait obtenu quatre à la Maison Théâtre, et qu'il aurait moins eu la sensation de se faire happer par une machine.

Disney Live! Rockin' Road Show est présenté au St-Denis 1 jusqu'au 1er janvier 2011.