Source ID:538720; App Source:cedromItem

École nationale de cirque: alors on danse!

C'est un record de 31 finissants qui sortent... (Photo: Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

C'est un record de 31 finissants qui sortent de la cuvée 2014 de l'École nationale de cirque de Montréal. Voilà qu'ils préparent leurs spectacles de fin d'année.

Photo: Marco Campanozzi, La Presse

La nouvelle cohorte de l'École nationale de cirque de Montréal s'apprête à faire le grand saut dans le monde du spectacle! Dès cette semaine, on pourra voir à l'oeuvre les 31 finissants (un record!) de la cuvée 2014 dans les spectacles L'abri et La matrice de Morphée.

Mardi dernier, l'École nationale de cirque de Montréal a dévoilé des extraits de ses deux spectacles de fin d'année: L'abri et La matrice de Morphée. Un programme double construit à partir des numéros des finissants, qui attire de plus en plus d'amateurs de cirque (en moyenne 20 000 spectateurs par année!).

Aux 31 finissants répartis en deux groupes s'ajouteront, comme le veut la tradition, des élèves de deuxième année.

Encore une fois, c'est dans un temps record que les metteurs en piste invités ont créé ces spectacles quasi professionnels, présentés en alternance pendant une dizaine de jours. On sent les jeunes artistes fébriles, mais prêts. On s'en rend compte assez rapidement: malgré leur jeune âge, ces jeunes-là sont formés pour travailler dès leur sortie de l'école.

On peut s'attendre à ce que les deux pièces accordent une place de choix à la danse puisque les metteurs en piste sont deux chorégraphes.

Tous aux abris!

La première pièce, L'abri, a été mise en scène par la chorégraphe torontoise Gioconda Barbuto, qui se frotte pour la première fois au milieu du cirque. La semaine dernière, on nous a présenté une chorégraphie de groupe conçue autour d'un mur (à l'arrière-scène) représentant un abri, avec trois ouvertures (deux portes et une fenêtre).

«Cet abri est comme un lieu de transition», a expliqué la chorégraphe d'origine italienne qui a dansé pendant 16 ans avec les Grands Ballets canadiens de Montréal et 8 ans avec la troisième compagnie du Nederland Dans Theatre de Jiri Kylian. «L'abri est le lieu d'où l'on vient, mais aussi où l'on voudrait aller.»

Durant la courte présentation, la semaine dernière, on a également pu voir le numéro de main à main de Nicolas Jelmoni et Charlotte O'Sullivan, entourés des autres finissants. Un autre duo de main à main est au programme dans L'abri: celui d'Émile Pineault et Mishannock Bruno Ferrero, qui font aussi des jeux icariens.

Dans ce segment, on verra entre autres un numéro de banquine, mais aussi des numéros de cadre russe, de sangles aériennes, de trapèze, de tissu et de roue Cyr.

Dans les bras de Morphée

Le deuxième spectacle, La matrice de Morphée, a été confié au danseur et chorégraphe Michael Watts, qui a dansé dans la trilogie de Dave St-Pierre, mais aussi avec le chorégraphe belge Sidi Larbi Cherkaoui, avec qui il a conçu les chorégraphies de Michael Jackson One du Cirque du Soleil.

Dans La matrice de Morphée, Michael Watts - qui enseigne la danse à l'ENC - a voulu explorer le monde du rêve, mais aussi la «recherche de soi» et de «l'enfance intérieure». Sa pièce est traversée des influences de la culture populaire. «Tous les tableaux représentent l'univers d'un personnage qui se cherche...»

Pas de risque de tomber dans les bras de Morphée, selon le chorégraphe natif d'Aylmer, qui promet un spectacle énergique. Parmi les extraits présentés mardi dernier, on a pu voir un numéro de planche coréenne - avec Zachary Arnaud, Pablo Valarcher et Boris Fodella sur la pièce Thunderstruck d'AC/DC.

L'un des finissants s'étant blessé au genou (Boris Fodella), ils ne seront donc que deux, mais le directeur de création de l'École nationale, Howard Richard, confirme que les numéros de planche à trois sont rarissimes... et spectaculaires.

Autre numéro présenté pour les médias: le duo de trapèze de Guillaume Mesmin et Anouk Blais, qui seront en costume d'Adam et Ève (sauf qu'ils porteront vraiment un costume!). «Dès le départ, je voulais explorer l'idée du paradis, confie Michael Watts, 36 ans. L'idée qu'on s'en fait aujourd'hui...»

Dans ce deuxième spectacle, on verra également des numéros d'équilibre, de monocycle, de cerceau, d'anneaux chinois, de corde lisse, de trapèze et de sangles aériennes.

_________________________________________________________________________________

À la TOHU du 27 mai au 8 juin. Les spectacles L'abri et La matrice de Morphée seront présentés en alternance.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer