Il suffisait d'y penser... En fusionnant le tango aux arts du cirque, les créateurs argentins Gustavo Mozzi et Gabriela Ricardes ont frappé dans le mille. Demain soir, ils ouvrent les festivités de Montréal en lumière avec leur spectacle Pista Tango, présenté pour la première fois en Amérique du Nord.

Jean Siag LA PRESSE

Le compositeur et guitariste argentin Gustavo Mozzi dirige le Festival de tango de Buenos Aires depuis 2007. L'ex-trapéziste Gabriela Ricardes dirige quant à elle le Festival international de cirque de la capitale argentine depuis 2009. Il y a deux ans, les deux artistes ont eu envie de mêler leurs univers. Résultat: Pista Tango, un spectacle mettant en vedette deux couples de danseurs et six acrobates, qui a déjà été présenté au Chili et en Colombie.

«Ce sont deux disciplines en plein essor, nous explique Gabriela Ricardes. Il y a une nouvelle génération de jeunes qui revisite le tango, notamment d'un point de vue musical, en renouant avec la musique des années 40 et 50. En intégrant aussi des sons nouveaux, comme celui du bandonéon. Mais le tango est aussi plus acrobatique qu'avant. Avec le cirque, il y a donc des affinités. D'autant plus que l'Argentine forme aujourd'hui des artistes de cirque contemporain de premier plan.»

Pista Tango recrée ainsi l'ambiance d'une milonga des années 50 grâce à la présence sur scène d'un orchestre de six musiciens et d'un chanteur, qui joue également le rôle de maître de cérémonie. Sur scène, deux couples de danseurs: Diego Benitez et Rocia Vargas, et Daniel Nacucchio et Cristina Sosa, finalistes aux championnats mondiaux de tango. À leurs vifs pas de danse et autres coups de pied qui fendent l'air se mêlent donc les acrobates.

Acrobaties au sol

Ne vous attendez pas à voir des numéros aériens, Pista Tango se passe au ras des pâquerettes. «Nous avons créé des numéros acrobatiques au sol pour puiser dans la même énergie que celle de nos danseurs. Des numéros de main à main, de banquine, d'équilibre, de contorsion. Les acrobates se mêlent aux numéros dansés, il y a un langage commun qui se dégage de ces échanges.»

Les metteurs en scène de Pista Tango ont poussé le mélange des genres jusqu'à mettre en scène un illustrateur qui dessine pendant toute la durée du spectacle; des dessins qui sont projetés en temps réel sur un écran géant situé à l'arrière-scène. «C'est une façon de montrer les figures les plus marquantes du spectacle à travers le regard d'un illustrateur. Certains dessins existent déjà dans son esprit, d'autres sont des improvisations.»

Version cabaret

Si vous ratez l'unique représentation de Pista Tango au Théâtre Maisonneuve, vous pouvez le rattraper au Métropolis dans une version cabaret. Pista Cabaret est exactement le même spectacle. «Dans le cabaret, nous sommes plus près du public. À la fin du spectacle, on organise d'ailleurs un grand bal populaire où le public peut se mêler aux artistes. Pour le reste, ce sont les mêmes numéros.»

Gustavo Mozzi et Gabriela Ricardes n'ont pas l'intention d'en rester là. Une nouvelle création mêlant tango et cirque verra le jour dès l'an prochain. «Nous avons beaucoup aimé travailler ensemble, indique Gabriela Ricardes. On aimerait approfondir certains aspects de Pista Tango. On a encore beaucoup de choses à explorer!»

____________________________________________________________________________

Pista Tango, le 21 février au Théâtre Maisonneuve de la PdA. Pista Cabaret, du 24 au 26 février au Métropolis.