Alors que Netflix diffuse son premier spectacle de stand-up en 15 ans, Ellen DeGeneres sera à Montréal vendredi pour rencontrer ses nombreux admirateurs au Centre Bell, au cours d'une séance de questions et réponses avec l'animateur Dave Kelly. La Presse revient sur sept faits marquants de sa carrière exceptionnelle.

LUC BOULANGER LA PRESSE

Avec l'aide de Johnny et de... Dieu!

En novembre 1986, la carrière d'Ellen DeGeneres décolle comme une fusée avec l'aide de Johnny Carson et de... Dieu. Invitée à l'émission The Tonight Show, l'humoriste, qui a alors 27 ans, livre un numéro hilarant dans lequel elle téléphone au Créateur pour lui demander pourquoi il a inventé les puces... Louangée par le légendaire animateur après sa prestation, elle est même invitée à revenir «quand elle le veut» à son émission de fin de soirée.

Des années plus tard, la comédienne confiera avoir écrit ce sketch à 21 ans, après la mort tragique de sa blonde dans un accident de voiture. Sans travail et fauchée, Ellen vivait dans un sous-sol infesté de puces. «Pourquoi Dieu a-t-il pris la vie d'une belle et jeune femme et mis sur Terre ces insectes nuisibles et inutiles?!», s'interrogeait alors Ellen. Elle venait de trouver le sujet du sketch qui allait lancer sa carrière comique. 

Son coming out médiatisé

Au printemps 1997, Ellen DeGeneres marque l'histoire en devenant la première vedette d'une sitcom populaire à sortir du placard. Et deux fois plutôt qu'une! D'abord, la comédienne s'affiche à la une du magazine Time avec cette manchette: «Yep, I'm Gay». Un mois plus tard, son personnage l'imite en dévoilant à sa thérapeute (incarnée par Oprah Winfrey) qu'elle est lesbienne. Cet épisode d'Ellen est regardé par 42 millions de téléspectateurs. Un record de cotes d'écoute pour ABC qui marque aussi le début d'un long backlash pour l'actrice, avec l'annulation d'Ellen par la chaîne de télévision, sa séparation d'avec Anne Heche et une période de dépression. 

«J'ai eu plusieurs menaces de mort et j'ai pensé perdre ma carrière, a raconté Ellen en entrevue avec Oprah, 20 ans plus tard. À l'époque, même Elton John avait déclaré que je parlais trop de mon orientation sexuelle et que je devrais m'en tenir à faire des blagues. Pourtant, j'ai donné seulement trois entrevues sur le sujet, celle du Time et deux autres à la télévision. Mais tout le monde ne parlait que de ça!»

Son talk-show

Après un passage à vide et une série, The Ellen Show, qui n'a pas cartonné, DeGeneres prend la meilleure décision de sa carrière: animer un talk-show quotidien. Encore là, l'animatrice doit défoncer des portes pour réaliser ce projet. Dans son spectacle sur Netflix, Ellen raconte qu'un important directeur d'un réseau de télévision lui a dit que «personne ne regarderait une lesbienne à la télévision l'après-midi». Elle lui a répondu: «Selon vous, à quelle heure de la journée le public préfère-t-il voir une lesbienne?»

Depuis septembre 2003, The Ellen DeGeneres Show a reçu une soixantaine de prix, dont 32 Emmy, et plusieurs People's Choice Awards. Elle a aussi reçu la médaille présidentielle de la liberté des mains de Barack Obama en 2016, ainsi que le prix Mark-Twain de l'humour en 2012. Après 16 saisons en ondes, l'émission diffusée au Québec sur CTV demeure numéro 1 chez les femmes de 25 à 54 ans, attirant plus de 4 millions de téléspectateurs chaque jour. 

La voix de la mer

En 2003, les créateurs du film Finding Nemo proposent à Ellen DeGeneres de prêter sa voix à Dory, ce poisson bleu à la mémoire défaillante. Selon son réalisateur, Andrew Stanton, le personnage a été créé uniquement pour Ellen, car «elle change de sujet cinq fois avant qu'une phrase soit finie» dans son émission. Ellen répétera l'expérience avec Pixar dans Finding Dory en 2016.

La reine des galas...

Ellen a animé les galas des Emmy, des Grammy et des Oscars, deux fois, en 2007 et en 2014. Cette année-là, la présentatrice a eu l'idée de faire un selfie avec des stars dans la salle, puis de le publier en direct sur Twitter. Le réseau social brisera des records avec ce célèbre égoportrait pris par Bradley Cooper où l'on voit les beaux minois de Brad Pitt, Jared Leto, Angelina Jolie, Meryl Streep... et un certain Kevin Spacey qui souriait plus facilement à l'époque. 

... et des réseaux sociaux

Ellen DeGeneres utilise à bon escient les réseaux sociaux, préférant publier des photos drôles avec des animaux plutôt que de nourrir des polémiques sur la politique américaine. Elle a plus de 77 millions d'abonnés sur Twitter et près de 67 millions sur Instagram. Tout ce qu'elle publie fait sourire et rassemble les gens. Si elle n'est pas aussi suivie que la reine des médias sociaux, son amie Kim Kardashian (128 millions d'abonnés d'Instagram), son influence est majeure. 

Son retour au stand-up

Il y a deux mois, Netflix a mis en ligne son spectacle de monologues intitulé Relatable (qui signifie avoir en commun ou à qui on peut s'identifier). Filmé devant un public enthousiaste à Seattle, Relatable marque le retour d'Ellen, qui n'avait pas fait de scène depuis 15 ans, alors qu'elle réfléchit à son avenir. Elle est encore sous contrat avec NBC pour son talk-show, jusqu'à l'été 2020. Or, sa femme, l'actrice australienne Portia de Rossi, aimerait bien qu'Ellen reprenne du service au cinéma ou dans une télésérie, a-t-elle déclaré en décembre dernier au New York Times. Ellen anime et produit aussi un nouveau jeu télévisé, Game of Games, et possède des collections de vêtements. La revue Forbes estime ses revenus, en 2018, à 87,5 millions US. Ce qui la classe au 15e rang des personnalités artistiques les plus riches dans le monde. À 61 ans, elle fait partie du top 50 des femmes les plus puissantes sur le globe, toujours selon Forbes.

Une conversation avec Ellen DeGeneres, animée par Dave Kelly. Le 1er mars à 19 h 30, au Centre Bell.