Présentée en laboratoire le printemps dernier à Québec, la nouvelle création de la compagnie Joe Jack et John est à l'affiche aux Écuries, à Montréal. Un centre de création théâtrale qui inaugurait ses nouveaux espaces le week-end dernier, dans une atmosphère propice à la folie créatrice pour les sept compagnies résidentes ou, comme c'est ici le cas, en accueil.

Luc Boulanger, collaboration spéciale LA PRESSE

Just Fake It est un ouvrage collectif dirigé par Catherine Bourgeois avec quatre interprètes, dont deux acteurs différents: l'une porteuse de trisomie 21 et l'autre atteint d'une déficience intellectuelle légère. Ce qui distingue Joe Jack et John depuis 2003, c'est son désir de collaborer avec des acteurs de divers horizons. Or, cela n'est jamais fait de manière gratuite ou sensationnelle, mais plutôt intégré à une démarche artistique.

Comme l'indique le titre, la pièce (bilingue) pose la question du faire semblant. Just Fake It aborde les simulacres de bonheur valorisés par la société de consommation, que ce soit la mode, la séduction, la chirurgie esthétique et autre Botox. Quand le faux est plus vrai que le vrai, pourquoi ne pas faire semblant? Après tout, feindre, dissimuler sont des mécanismes de survie en société.

Si le thème est assez large, la production l'effleure sans vouloir lancer de débats ou proposer de solutions. Malgré les apparences, Just Fake It tient plus de la performance théâtrale que du théâtre engagé. L'approche est expérimentale, mais accessible. Pendant 80 minutes, les interprètes (Jean-Pascal Fournier, Geneviève Morin-Dupont, Michael Nimbley et Dorian Nuskind-Oder) proposent de courtes scènes, des monologues, des chorégraphies sur de la musique et des chansons.

Les personnages empruntent les prénoms des acteurs qui jouent la comédie, mêlant encore plus les pistes. Le décor, économe, est constitué de trois abris Tempo qu'on déplace et transforme selon les besoins de la mise en scène.

Si l'esthétique manque un peu de vernis, la production a un côté brut, «en chantier», qui n'est pas désagréable. Avec ce spectacle, Catherine Bourgeois et ses complices montrent qu'il faut célébrer ses différences pour aspirer à l'universel.

____________________________________________________

Just Fake It, au théâtre Aux Écuries, jusqu'au 29 octobre.