Source ID:; App Source:

Lisiecki : le surmenage

Jan Lisiecki... (Photo: archives La Presse)

Agrandir

Jan Lisiecki

Photo: archives La Presse

Claude Gingras
La Presse

L'Orchestre de chambre McGill avait centré son concert-bénéfice sur Jan Lisiecki, le blond pianiste canadien de 18 ans, d'origine polonaise, qui remporta le Concours OSM en 2009 et ne cessa jamais d'impressionner à chacun de ses retours ici.

Cette fois, le résultat fut moins remarquable. Il est clair que le garçon travaille trop. Belle illustration de ce surmenage, le concert lui en demandait deux fois plus qu'à un soliste habituel: en plus du Concerto K. 271 de Mozart, il jouait seul, après l'entracte, les 12 Études op. 10 de Chopin (qu'il vient d'enregistrer, avec les 12 Études op. 25).

Le Concerto K. 271 doit son surnom de Jeunehomme au fait que Mozart l'écrivit, semble-t-il, pour une jeune fille dont c'était là le nom de famille; on n'a jamais su exactement quel était son prénom. Le Jeunehomme était joué cette fois par... un jeune homme qui, avait-on annoncé, allait diriger l'orchestre du piano, selon une pratique courante.

Assis dos au public, M. Lisiecki a joué son Mozart très correctement, mais presque indifféremment. Il avait choisi les cadences de Mozart, modifiant quelque peu la dernière. Mais on se demande en quoi consistait sa direction. Presque toujours droit et immobile, il a levé le bras en direction du petit orchestre une seule fois, peut-être deux. Le son du petit orchestre était d'ailleurs plutôt mince et non toujours en accord avec le piano.

M. Lisiecki traversa les 12 Études op. 10 avec toute la virtuosité requise mais d'une façon machinale, sans l'apport personnel qu'on observe sur son disque. Il connut d'ailleurs quelques légers problèmes vers la fin. Ovationné, il annonça énergiquement, et en français, l'une des Études de l'op. 25. Mais celle qu'il annonça n'est pas celle qu'il joua.

Boris Brott ayant été invité à diriger au Vatican cette semaine, il avait confié son orchestre à une jeune dame en longue robe noire qui s'appelle Geneviève Leclair. Pour l'instant, disons que l'invitée a fait ce qu'elle a pu avec les insignifiances, signées Albinoni et Stewart Grant, qui complétaient le menu.

À l'absence du chef s'ajoutait l'absence de programmes - à cause d'une erreur de l'imprimeur, nous a-t-on informé. Le président de l'orchestre, M. Hans P. Black, tira de l'incident un petit numéro d'humour froid, sa spécialité. Le consul de Pologne adressa aussi la parole.

__________________________________________________________________________

ORCHESTRE DE CHAMBRE McGILL. Chef invité: Geneviève Leclair. Soliste: Jan Lisiecki, pianiste. Lundi soir, Maison symphonique, Place des Arts.

Programme:

Concerto a cinque op. 7 no 1 - Albinoni

Concerto pour piano et orchestre no 9, en mi bémol majeur, K. 271 (Jeunehomme) (1777) - Mozart

Spring Came Dancing, op. 26 (1994) - Grant

Études op. 10, pour piano (1829-1832) - Chopin




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer