Le nom de ce groupe pourrait vous faire penser à tort à un certain Hubert. Or, Lenoire mérite d’être connue pour ce qu’elle est, une formation d’une grande maturité, portée par des musiciens à qui l’on donnerait pourtant à peine 25 ans sur leurs photos de presse…

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

On a découvert Lenoire en même temps que la sortie de son premier album, Off the Cuff, à la fin d’avril. Une chouette surprise. 

Dans un enrobage tantôt pop-rock, tantôt minimaliste, Carolyne Lemieux-Houle, Gabriel Larose et Antoine Laroche fusionnent R & B, soul, blues, brit pop et musique classique. Leurs chansons ont quelque chose d’intemporel et font du bien comme un vieux CD qu’on retrouve avec bonheur dans un recoin de la voiture.

0:00
 
0:00
 

IMAGE TIRÉE DU WEB

Off the Cuff, de Lenoire

La pièce d’ouverture, Lie in It, est chaleureuse comme une chanson de Leon Bridges. Big Bones a un esprit presque punk. Golden Shores nous transporte dans un piano-bar à l’heure du last call. La seule pièce au titre en français, Lente tragédie à Pétionville, est une pièce instrumentale au piano. On a l’impression que l’album a une face A plus rock et une face B au piano.

L’ensemble manque de cohésion, mais les mélodies se faufilent jusqu’à la zone réconfort de notre cerveau dès la première écoute. 

★★★½

Pop-rock. Off the Cuff. Lenoire. Propagande.