Il y avait un objet inusité, vendredi dernier, lors de la cérémonie d'inauguration de l'archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix. Parmi les offrandes présentées à l'autel, un iPad contenant une version numérique de la Bible.

Mis à jour le 31 mars 2011
Nathalie Collard LA PRESSE

Surprenant? «Oui, les gens étaient surpris», reconnaît Mgr Lacroix, joint sur son iPhone alors qu'il était en déplacement entre deux rendez-vous. C'est que le successeur de Mgr Marc Ouellet est un homme très techno. Ancien graphiste, il a travaillé plusieurs années dans le domaine de la publicité avant d'entreprendre des études pour devenir prêtre. Il était parmi les tout premiers, au milieu des années 80, à s'acheter un ordinateur personnel. «C'était un Apple SE», se souvient l'archevêque en riant.

Aujourd'hui, Mgr Lacroix est «full techno», pour reprendre une expression populaire chez les jeunes qu'il aimerait bien rejoindre en plus grand nombre grâce aux médias sociaux.

En plus de sa page Facebook qu'il gère depuis près de trois ans (son compte a subi quelques ennuis techniques, mais devrait être réactivé sous peu), Mgr Lacroix a son propre compte Twitter (@gclacroix).

«Je suis arrivé sur Facebook à cause de ma famille, explique-t-il. Mes frères et soeurs habitent en Nouvelle-Angleterre où j'ai moi-même habité de 8 à 19 ans. Ma famille voulait avoir de mes nouvelles, me montrer des photos des enfants... Avec Facebook, j'ai découvert un formidable outil de communication.»

Au moment de fermer sa page, Mgr Lacroix comptait entre 600 et 700 amis. «Je les connaissais tous, souligne-t-il. Des anciens amis du secondaire, des gens que j'ai connus lorsque j'ai vécu neuf ans en Colombie. Je garde contact avec tout ce monde-là grâce à Facebook. Mais c'est certain que lorsque je vais réactiver ma page, je vais devoir accepter des gens que je ne connais pas maintenant que je suis archevêque.»

Il a ouvert son compte Twitter le 22 février dernier, la veille de l'annonce de sa nomination. «Je ne connaissais pas Twitter, mais je dois dire que j'aime beaucoup, avoue-t-il. Je l'utilise surtout pour de petites réactions ou pour annoncer où je suis, informer les gens de mes activités. Quand je n'ai pas le temps de twitter, c'est le directeur des communications de l'Église catholique de Québec, Jasmin Lemieux-Lefebvre (@jasminll), qui le fait à ma place. Pour les échanges, par contre, j'aime mieux le courriel ou Facebook.»

Mgr Lacroix rappelle toutefois qu'il ne passe pas sa journée devant l'ordinateur. «Je suis un homme de terrain avant tout, souligne-t-il. La meilleure communication est celle qui se fait en direct. Je ne veux pas créer une communauté virtuelle. Mais si je peux rejoindre des gens que je ne rejoindrais pas autrement, c'est bien.»

L'archevêque de Québec n'est pas le seul de son église à avoir investi le web et l'univers des médias sociaux. «On trouve beaucoup de gens de l'Église sur l'internet, observe-t-il. La blogosphère est très forte en Europe et aux États-Unis. L'archevêque d'Ottawa, Mgr Prendergast, blogue tous les jours et celui de Boston, une fois par semaine. Pour communiquer entre nous, pour le rayonnement, c'est un bon outil.»

Mgr Lacroix n'a pas encore son propre blogue, mais son diocèse, lui, est présent dans la blogosphère.

Le virage iPad - «J'aime mieux dire tablette électronique, je ne veux pas faire de publicité gratuite...» -, Mgr Lacroix le doit à l'archevêque de Toronto qui lui a dit: «Gérald, tu dois te mettre à jour, il t'en faut une!»

«C'est un très chouette outil, surtout sur la route où on peut prendre ses courriels, afficher des photos, utiliser Skype, affirme-t-il. L'autre jour, après mon inauguration, j'étais en compagnie de Mgr Ouellette et nous avons décidé de prier ensemble. J'ai sorti mon bréviaire et Mgr Ouellette a sorti... son iPad.»

L'archevêque a bien compris que c'est par l'entremise des médias sociaux qu'il pourra rejoindre les jeunes plus facilement. «Je veux en finir avec l'image archaïque et dépassée de l'Église», lance-t-il.

Ainsi, l'an dernier, plutôt que d'envoyer la traditionnelle lettre aux jeunes qui allaient être confirmés, il a fait parvenir un message dans lequel on trouvait un hyperlien qui menait au site du diocèse. Il y avait également un lien qui menait vers le courriel et la page Facebook de Mgr Lacroix. De la même façon, vendredi dernier, l'inauguration était diffusée en direct sur le site du diocèse. «Il faut être branché sur Dieu par la prière, bien sûr, observe l'archevêque. Mais il faut aussi être branché sur la réalité.»

Les sources de Mgr Lacroix

L'archevêque de Québec dit entretenir une relation très équilibrée avec son iPad et son iPhone. «Je consulte mes courriels personnels une fois par jour, le soir habituellement. C'est également le soir que je passe du temps à consulter des sites sur mon iPad.» Parmi ses sources préférées, outre les principaux quotidiens qu'il lit aussi sur le web, Mgr Lacroix consulte le blogue de l'archevêque d'Ottawa, Mgr Prendergast, sur le site ecclesia-ottawa.org; le site Zenit.org (portail de nouvelles concernant l'Église catholique), vatican.va, ainsi que le site du diocèse de Québec (ecdq.org

).