Billie Eilish fait partie des artistes de la programmation dont on dira dans quelques années : « Je l'ai vue à Osheaga en 2018. »

Mis à jour le 4 août 2018
Émilie Côté LA PRESSE

En mars dernier, elle a rempli le Corona à guichets fermés. Star montante dans le monde de la pop, l'Américaine de 16 ans accumule les millions d'écoutes sur Spotify, et un certain Stromae a coréalisé son dernier clip. Devant elle, au parc Jean-Drapeau, des milliers de jeunes qui dansaient et chantaient les paroles de ses tubes, dont Bellyache, avec lequel Billie Eilish a brisé la glace.

Surprise : une attelle immobilisait sa jambe droite. Pas de quoi l'empêcher de sautiller sur scène. « Je suis là [...] cela fait mal, mais fuck it ! », a-t-elle lancé.

À ses côtés, un batteur et un claviériste. Ce dernier a interprété une chanson de son cru pour permettre à Billie Eilish de reprendre son souffle.

C'était pour mieux reparaître avec un ukulélé pour interpréter Party Favor.

Réaction monstre de la foule ensuite au son de son tout nouvel extrait You Should See Me in a Crown. Même ferveur du public pour sa collaboration avec Khalid (qui se produisait aussi à Osheaga hier), Lovely.

On peut comparer Billie Eilish à Lorde, pour son jeune talent et sa grande aisance scénique.

Or, les ressemblances s'arrêtent là. Unique, Billie Eilish est une étoile montante, et pas juste sur Spotify.

Hâte de la revoir dans sa forme optimale et avec des choristes et non des bandes préenregistrées.