Trois univers, trois one-man-shows. La Presse a rencontré des humoristes qui présenteront une série de spectacles solos en juillet dans le cadre du Zoofest.

Mis à jour le 12 juill. 2016
Véronique Lauzon LA PRESSE

Louis T

Faits d'armes: Louis T est collaborateur à Entrée principale à Radio-Canada. Le public l'a aussi vu à BazzoTV et à Selon l'opinion comique. En 2013, il a sillonné le Québec avec le spectacle Kim Lizotte vs Louis T.

Ce qui l'inspire: «Il y a plein de métiers que j'aurais voulu faire dans la vie, dont journaliste. Mais je ne trouvais pas que c'était le meilleur véhicule pour passer mes opinions. J'ai donc décidé de faire de l'humour d'actualité.»

Son spectacle: «Je parle des armes à feu, de terrorisme, de religion, de corruption... Je parle aussi de moi, ce qui n'est pas dans mon habitude, mais on m'a convaincu que c'était important pour un premier spectacle.»

Au Cabaret du 4e du Monument-National du 12 au 15 et les 18, 25, 26, 29 et 30 juillet.

Simon Gouache

Faits d'armes: Il a fait la première partie du dernier spectacle de Louis-José Houde. À la télévision, le public a pu le voir dans Les gars des vues, Un gars le soir et Selon l'opinion comique.

Ce qui l'inspire: «Comme humoriste, je fais de l'observation sociale. Je suis quelqu'un de très cérébral, je suis toujours en train d'analyser.»

Son spectacle: «C'est mon premier one man show, donc naturellement, je me présente. Pour moi, ce show-là est très thérapeutique. Je suis une personne très anxieuse dans la vie. J'ai essayé tout ce qui était possible: thérapie, méditation, sport... Et la meilleure thérapie pour moi est d'en parler sur scène. Mais ce n'est pas un show sur les angoisses. C'est un show sur MES angoisses. Il y a une grosse différence.»

À la salle Ludger-Duvernay du Monument-National les 13, 17, 18 et 19 juillet.

Fred Dubé

Faits d'armes: Auteur et humoriste, il présente un cinquième spectacle solo au Zoofest.

Ce qui l'inspire: «Je ne suis pas un moraliste, je ne suis pas un pasteur, j'essaie juste d'avoir des angles intéressants et baveux sur ceux qui nous font chier et nous exploitent. Je ne fais pas exprès pour créer des malaises : l'authenticité et l'intégrité sont les plus grandes formes de malaise aujourd'hui. Juste de ne pas être dans la pensée commune peut créer un malaise.»

Son spectacle: «Je parle de plusieurs sujets, dont les réfugiés syriens. Je ne sais pas si l'on s'en souvient, mais c'était l'apocalypse en septembre dernier: 25 000 réfugiés syriens qui allaient arriver, on allait se faire envahir... Finalement, il ne s'est rien passé.»

Au studio Hydro-Québec du Monument-National les 12, 13, 20 au 23 juillet.