Source ID:; App Source:

Dominique Fils-Aimé: aux premières loges d'une ascension

Devant le public venue la découvrir au M2, Dominique Fils-Aimé tient promesse:... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Photo Olivier Jean, La Presse

Devant le public venue la découvrir au M2, Dominique Fils-Aimé tient promesse: c'est l'incarnation en chair et en os de l'album Nameless, enregistrement relativement court portant sur la quête personnelle de l'identité, de l'Afrique à l'Amérique en passant par le douloureux voyage ancestral que l'on sait.

Premier opus d'un triptyque échelonné sur trois ans, cet enregistrement constitue cette semaine l'entrée en matière d'une artiste souple, raffinée, magnétique, assurément chevauchée par les esprits de la musique.

On est traversé par des ambiances soul, southern soul, british soul ou même trip hop. Tout est construit simplement, avec efficacité et circonspection. On a tôt fait de reconfirmer le bon goût de cette splendide chanteuse, et on se réjouit encore de lui avoir accordé une place de choix à la sortie de son album, en janvier dernier. 

Car cette Montréalaise d'origine haïtienne est beaucoup plus qu'une de ces voix génériques qui se hissent très haut dans les rondes éliminatoires des compétitions télévisées - ce qu'elle a fait néanmoins ! 

Très à l'aise sur scène, elle sait faire monter l'intensité, traverser des plateaux de sensualité, user de la puissance nécessaire pour galvaniser tout récepteur au moment opportun. Il n'y a pas de flafla dans l'accompagnement simple et compétent - guitare, basse, batterie, claviers, choriste de puissance,  violon invité à ouvrir une parenthèse classico-tzigane avec les  ivoires. Les sons sont plus que jolis, ses musiciens savent faire résonner leurs instruments comme il se doit, bien au-delà de l'articulation.

Devant ses sidemen et sa choriste, Dominique Fils-Aimé suscite des réactions qui ne mentent pas : immédiates, chaleureuses, enthousiastes, admiratives. Le buzz à son endroit est tangible, prédisons une ampleur rapide, naturelle. 

« S'il faut construire ma carrière en me produisant dans de petites salles, je le ferai. Ce ne sera pas un feu de paille», avait-elle promis en janvier dernier. On ne peut que lui donner raison, nous étions hier aux premières loges d'une ascension.

La suite sera brillante.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer