Source ID:3264341e-3785-40d7-8de0-e36116efcc71; App Source:alfamedia

Grands maîtres du jazz: Chick Corea

Chick Corea a reçu un prix lors de... (PHOTO JOHN SHEARER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Chick Corea a reçu un prix lors de la cérémonie des prix Grammy, le 8 février 2015. Le pianiste américain se produit ce soir à la Maison symphonique dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal.

PHOTO JOHN SHEARER, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Dossiers >

Nouvelles et entrevues
Nouvelles et entrevues

Nos articles sur le Festival de jazz de Montréal. »

Profil

Considéré parmi les meilleurs pianistes de sa génération aux côtés de Herbie Hancock et de Keith Jarrett, ce musicien d'exception a d'abord été associé au jazz moderne et au jazz contemporain avant de rejoindre la révolution jazz fusion lancée par Miles Davis. Il en a créé sa propre version en adoptant une instrumentation typique de la pop d'alors, préconisant un amalgame complexe de jazz, rock, funk, ainsi que de musiques classique, latino-américaine et brésilienne. Son jeu et son oeuvre ont été parmi les plus admirés dans les années 60 et 70. Encore respecté au plus haut point, Chick Corea alterne les projets acoustiques et électriques.

Un grand album

Now He Sings, Now He Sobs (Solid State/Blue Note)

Peu médiatisé à sa parution en 1968, Now He Sings, Now He Sobs s'est imposé au fil du temps comme l'un des meilleurs albums de jazz pour trio acoustique. Au coeur d'un cycle bouillonnant de créativité, Chick Corea s'était retrouvé aux côtés du prodigieux contrebassiste tchèque Miroslav Vitouš, l'un des virtuoses émergents de l'époque, ainsi que du légendaire Roy Haynes, l'un des batteurs les plus brillants du jazz moderne - aujourd'hui âgé de 91 ans. Hormis les standards Pannonica (Monk) et My One and Only Love (Wood et Mellin), cet album est constitué de compositions originales et d'improvisations très relevées. Un classique à n'en point douter.

Grands groupes et collaborations

À la fin des années 60, les participations de Chick Corea à plusieurs albums studio et enregistrements publics de Miles Davis l'avaient fait connaître avant qu'il fonde son propre groupe de style «fusion», Return to Forever. S'y sont entre autres succédé les Brésiliens Airto Moreira et Flora Purim (chant), le bassiste surdoué Stanley Clarke, l'excellent flûtiste et saxophoniste Joe Farrell, le batteur Lenny White, le guitariste Al Di Meola. Dans les années 80 et 90, les Electric Band et Akoustic Band de Corea ont notamment mis en relief le bassiste John Patitucci et le batteur Dave Weckl. Il faut aussi retenir la période avant-gardiste de Corea avec le groupe Circle, sans compter ses Piano Improvisations.

Grand concert

Return to Forever à la place des Nations

Where Have I Known You Before, considéré alors comme un album-clé du jazz fusion, avait été lancé durant cette année. C'était l'âge d'or de ce nouveau style de musique instrumentale, inspiré du jazz, du funk et du rock. Au milieu des années 70, des milliers de jeunes mélomanes montréalais étaient éblouis par la proposition musicale de Chick Corea et la virtuosité de ses collègues - Clarke, Di Meola, White. Constituant une sorte d'avant-garde de leur génération, les fans de «fusion» avaient alors la ferme impression d'avoir dans les oreilles le meilleur du jazz et l'énergie de la culture pop-rock, soit le tremplin idéal pour s'élever en tant que mélomanes.

__________________________________________________________________________

Pianiste américain, 75 ans. À la Maison symphonique ce soir, 19 h.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer