Quoi voir, quoi faire cette semaine ? Voici les suggestions culturelles de nos journalistes.

Publié le 9 sept. 2021
Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse
Silvia Galipeau
Silvia Galipeau La Presse
André Duchesne
André Duchesne La Presse
Charles-Éric Blais-Poulin
Charles-Éric Blais-Poulin La Presse

En salle : Danser Beethoven

C’est le grand retour des Grands Ballets pour la saison automnale avec Danser Beethoven. Présenté pour la première fois en février 2020, Danser Beethoven avait remporté un grand succès ; c’est donc l’occasion de revoir ce programme double, du 10 au 12 septembre à la salle Wilfrid-Pelletier, qui rassemble deux pièces du répertoire de la compagnie, soit Complete (Symphonie no 5), de l’Américain Garrett Smith, et la Symphonie n7, signée par le regretté Uwe Scholz.

En salle : foisonnant Festival de films féministes

IMAGE FOURNIE PAR LE FESTIVAL

The Journey of Monalisa (long métrage queer du Chili), signé Nicole Costa, raconte le parcours d’une artiste excentrique trans vivant à New York.

Le Festival de films féministes de Montréal fête cette année ses cinq ans. Parmi la trentaine de projections au menu (à la Sala Rossa ainsi qu’au Bain Mathieu), quelques titres à retenir : The Journey of Monalisa (long métrage queer qui nous vient du Chili), Amar (court métrage documentaire français), They Will Not Silence Our Voices (court métrage documentaire du Mexique) et Al-Sit (court métrage de fiction du Soudan). Le festival commence ce samedi, avec un mini-marché d’artisans féministes au centre Never Apart, et se poursuit le samedi (18) suivant. À noter : passeport vaccinal obligatoire. Contributions volontaires. Réservations non requises.

Consultez le site du festival

En ligne : le festival Stop Motion Montréal met de l’avant les Premiers Peuples

IMAGE FOURNIE PAR STOP MOTION MONTRÉAL

Le 13festival Stop Motion Montréal se déroulera en ligne avec une sélection de 93 films regroupés en 12 programmes compétitifs. Les organisateurs proposent cette année de mettre de l’avant le cinéma des Premiers Peuples au cours d’une table ronde intitulée Productions Stop Motion autochtones — Voix et images. S’ajoute aussi un atelier d’animation de personnages intitulé Du 2D au StopMo avec le réalisateur Jean-François Lévesque. Cet atelier de deux jours vient avec un laissez-passer VIP donnant accès à toute la programmation et à la projection du plus récent film de M. Lévesque, Moi, Barnabé. Les films pourront être vus sur le site web de l’organisme Cinéma Public. Du 10 au 19 septembre.

Consultez le site de Stop Motion Montréal

En salle : Andrea Peña lance 6,58 : Manifesto

PHOTO FOURNIE PAR L’AGORA DE LA DANSE

Une création de la chorégraphe Andrea Peña ouvre la saison à l’Agora de la danse.

La saison de l’Agora de la danse s’ouvre en force, du 15 au 18 septembre, avec une nouvelle création de la compagnie Andrea Peña & Artists. Avec 6,58 : Manifesto, la chorégraphe réunit sur scène neuf interprètes et une chanteuse soprano, dans une création très physique qui interroge notre relation avec les systèmes et les forces extérieures qui nous gouvernent, creusant la question des artifices, mais aussi de la déconstruction de soi. Les interprètes interagissent notamment avec un ordinateur dans un premier tableau, où leurs mouvements sont déterminés par des codes aléatoires, alors que le deuxième tableau offre une immersion dans la culture rave.

En salle : des Dimanches argentiques au Cinéma du Musée

IMAGE TIRÉE D’IMDB

Everett Sloane et Rita Hayworth dans La dame de Shanghai

À compter du 12 septembre, le Cinéma du Musée et le CinéClub de Montréal reprennent leur collaboration pour présenter Les Dimanches argentiques, une série de projections de grands films classiques en format argentique. Les rencontres auront lieu toutes les deux semaines à 19 h. Le film La dame de Shanghai (1947), d’Orson Welles, mettant en vedette ce dernier et Rita Hayworth, ouvrira la saison. Suivront des titres tels À travers le miroir, d’Ingmar Bergman, L’ange exterminateur, de Luis Buñuel, et Le brouillard, de John Carpenter.

Consultez le site du Cinéma du Musée

En ligne et en salle : la musique baroque dépoussiérée

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO D’ARION ORCHESTRE BAROQUE

À l’approche du lancement de sa nouvelle saison, à la mi-novembre, Arion Orchestre Baroque lancera vendredi un bref documentaire pour démocratiser un style et une période méconnus.

À l’approche du lancement de sa nouvelle saison, à la mi-novembre, Arion Orchestre Baroque lancera vendredi un bref documentaire pour démocratiser un style et une période méconnus. Pendant environ une demi-heure, le directeur artistique Mathieu Lussier, appuyé par deux comédiens et des instrumentistes, vulgarise avec humour la musique baroque ; son histoire, ses instruments, ses artistes. L’orchestre ouvrira sa saison le 19 novembre à la salle Bourgie avec La chapelle du Roi-Soleil, une collaboration avec le Studio de musique ancienne de Montréal. La saison 2021-2022 d’Arion comprend cinq programmes musicaux, trois concerts offerts en webdiffusion et un spectacle jeunesse hors-série.

Visionnez le documentaire