Après un an et demi de pause forcée, le milieu culturel de Montréal se remet au travail. Et il met les bouchées doubles, puisque la mairesse Valérie Plante promet un été montréalais à la hauteur de sa réputation. Projets artistiques inédits, parcours extérieurs, animation de rue et cirque : voici un aperçu des évènements culturels qui investiront les parcs et les rues du centre-ville au cours des prochains mois.

Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

Une relance qui fait du bien

« L’été va être placé sous le signe de la relance, et sera digne de notre métropole culturelle. Les Montréalais, les touristes et les visiteurs vont retrouver la Montréal festive dont ils raffolent, bien sûr, dans le respect des consignes sanitaires », a déclaré, visiblement enthousiaste, la mairesse Plante, mercredi, en conférence de presse. Au lendemain d’une canicule, signal de départ de la saison des festivals, la Ville a offert un avant-goût de sa programmation culturelle extérieure pour l’été. Elle promet une offre « riche et éclatée » et un plan de relance « solide » qui se traduira par « des retombées concrètes pour les artistes. » « Le milieu culturel fait partie de l’ADN de Montréal et contribue à son dynamisme. L’apport de la culture est indissociable de la relance économique », a souligné Mme Plante.

Une programmation variée

Au début de mai, la Ville a lancé un appel de projets culturels pour l’été 2021. Avec une enveloppe de 25 millions de Québec qui vise à redonner vie au centre-ville, 29 projets ont été retenus. Parmi eux, on compte un parcours des lieux de tournage importants de la télévision et du cinéma québécois, l’aménagement du Bassin des merveilles au parc La Fontaine, le développement d’un jardin collectif par des artistes autochtones, des projections de films à ciel ouvert et la première édition d’un festival consacré au yoga. Tout au long de la saison, il sera également possible d’assister à des concerts de toutes sortes, à des spectacles d’humour et à des performances de danse contemporaine. Pour ce qui est des grands festivals comme Juste pour rire, Présence autochtone et Fierté Montréal, ils seront de retour en mode hybride. Le Festival international de jazz et les Francos ont décidé de reporter leur édition à la fin de l’été.

Tout cirque

C’est une vague de cirque qui déferlera sur Montréal. Elle débutera en juillet avec le festival bien rodé Montréal complètement cirque et se poursuivra jusqu’à la fin de l’été grâce à une collaboration inédite entre la TOHU et les cirques Éloize, Les 7 Doigts et Alfonse. À compter d’août, leurs artistes animeront les rues et les parcs du Vieux-Montréal pendant six week-ends. « La pandémie a provoqué le rappel des artistes de cirque à Montréal. Jamais il n’y en a eu autant [en ville]. Ils s’entraînent, créent de nouveaux numéros et des spectacles depuis un an […] Ça va être magique », s’est réjoui Stéphane Lavoie, directeur général et artistique de la TOHU.

Mode et musique

Une collaboration entre les festivals Mode+Design et Osheaga, qui l’aurait cru ? Jean-François Daviau, cofondateur de Mode+Design, s’est battu pendant des années pour voir naître cette alliance. Il aura fallu une pandémie pour que les deux géants de la scène culturelle montréalaise s’unissent dans le cadre d’un seul et même rendez-vous. « Mode et musique sont indissociables. À travers les époques, du indie au country, au hip-hop, chaque communauté a ses créateurs, ses couleurs. Nous invitons nos milliers de festivaliers respectifs et tous les Montréalais à se mettre sur leur trente-six et à venir encourager nos créateurs tout l’été », a dit Jean-François Daviau, sans en dévoiler davantage. Les détails de l’évènement doivent être révélés sous peu.

Unir l’immobilier à la création

Pour redonner vie aux artères commerciales, victimes collatérales de la pandémie, Art souterrain a eu l’idée de transformer des locaux vacants en ateliers de création pour artistes émergents. Ainsi est né le projet Créer des ponts, dont le lancement est prévu à la mi-juillet. Trente commerces inoccupés de la rue Sainte-Catherine, entre autres, deviendront, le temps d’un été, des espaces d’ébullition créative à la vue des passants. « Ce grand déploiement estival s’inscrit dans une volonté de soutenir les jeunes artistes, de participer à l’attraction des commerces et de dynamiser notre centre-ville. Créer des ponts est une alliance majeure entre le milieu immobilier et les artistes émergents », a déclaré Frédéric Loury, directeur général d’Art souterrain.