Plus grand, plus animé, avec plus de tableaux et de structures illuminées… Normand Latourelle, créateur et producteur d’Illumi, ne manque pas de superlatifs pour présenter l’édition 2020 de l’évènement.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Illumi, qui a attiré un demi-million de spectateurs à Laval en 2019, se présente toutefois sous une nouvelle formule cette année en raison des mesures sanitaires imposées par la Santé publique. Ainsi, l’ancien circuit piétonnier a été transformé en vaste parcours automobile où les spectateurs admirent les différents décors lumineux depuis leur véhicule.

« En mars dernier, lorsque la pandémie a été annoncée, nous avons rapidement remis sur la planche à dessin notre concept original de visite à pied », explique Normand Latourelle, fondateur de Cavalia et créateur d’Illumi. « Nous avons redessiné tous les tableaux, les avons agrandis et en avons rajouté plusieurs pour créer une route de 3 km qui passe au travers des décors. »

Le projet fonctionne sur papier, mais risque-t-on de se retrouver dans une gigantesque congestion routière ?

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le producteur du spectacle, Normand Latourelle, dans un tableau inspiré de l’une de ses passions : les chevaux…

Pour l’instant, l’inconnu principal est de savoir combien de voitures pourront accéder au site sans créer de bouchon. On a limité à 100 le nombre de voitures qui partent chaque demi-heure ; on a créé des espaces de dégagement dans chaque tableau pour que les visiteurs puissent s’arrêter et prendre des photos.

Normand Latourelle, créateur et producteur d’Illumi

« On va profiter du premier week-end d’ouverture pour voir comment ça se passe et nous adapter. Difficile aussi de dire combien de temps va durer la visite en moyenne, puisque ça va dépendre de la vitesse des véhicules. Ça va varier selon moi entre 35 minutes et 1 h 15. »

Les piétons et les personnes sans automobile n’avaient pas été oubliés dans le plan initial : des trottoirs ont été installés pour les marcheurs et des visites en petit train devaient aussi être proposées. Le passage de Laval en zone pandémique rouge a forcé les organisateurs à suspendre ces modes de visite. Si la situation avec la COVID-19 évolue, ces visites pourraient toutefois être de nouveau offertes.

Plusieurs changements

En attendant, les visiteurs en auront plus à se mettre sous la dent que lors de l’édition précédente, dit Normand Latourelle. « En 2019, on comptait 7 à 8 tableaux ; cette année, on en trouvera près de 17. On a ajouté beaucoup de nouvelles structures – dont deux immenses Tyrannosaures articulés – pour offrir plus de diversité. De plus, nous avons apprivoisé la technologie DEL et nous jouons davantage avec la programmation cette année. Certains tableaux qui étaient statiques seront davantage en mouvement, plus animés, plus vivants. Parfois, on dirait qu’on rentre dans le monde d’Alice au pays des merveilles ! »

Pour 2020, quelques tableaux chouchous du public ont été revampés « de façon substantielle » (comme celui sur les pôles avec son armée de manchots), mais plusieurs autres viennent s’ajouter. C’est le cas de ceux qui adoptent une thématique d’Halloween. En effet, l’évènement a débuté beaucoup plus tôt que l’an dernier, ce qui permet aux sorcières, citrouilles et autres squelettes de s’inviter dans le décor. Certains de ces éléments disparaîtront avec l’arrivée de novembre, mais pas tous.

Nous avons un tableau qui compte un millier de citrouilles ; celui-là, on risque de le garder !

Normand Latourelle, créateur et producteur d’Illumi

Autre changement à prévoir pour cette année : le marché de Noël, que plusieurs commerçants avaient qualifié de fiasco l’an dernier, ne reviendra pas. « C’était une erreur d’essayer de tenir deux évènements dans un. On l’a compris. On a bien vu que le public était peu intéressé à faire du magasinage sur le site, surtout avec les records de froid qu’on a connus. »

Quant au service de restauration, il sera offert, comme le veut le concept de cette saison hors norme, en formule service à l’auto seulement…

« Avec tous les inconnus actuels, c’est difficile de faire des prévisions sur le nombre de visiteurs. On va recevoir moins de monde en même temps sur le site, mais l’évènement va durer plus longtemps. On pense quand même que les gens vont avoir envie de sortir. Déjà, on a vendu plus de 25 000 billets… », estime Normand Latourelle.

Consultez le site d’Illumi