Le rituel ne bouge plus depuis plus d’une semaine. À 13 h, c’est café, coup de peigne et linge mou propre (on sait vivre, quand même) pour le rendez-vous quotidien avec le Dr Horacio Arruda, le premier ministre François Legault et la ministre de la Santé Danielle McCann.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

En cette période d’incertitude où nos repères ont foutu le camp, cette mise au point nous réunit et nous ancre dans une routine nécessaire pour ne pas devenir complètement dingo.

Chacun chez soi, devant son écran, on brise l’isolement en vivant exactement les mêmes 45 minutes dans notre journée déréglée. Il est 13 h, on arrête tout et on prend des nouvelles de notre monde, qui change dramatiquement d’heure en heure.

District 31 est devenu District 13 h, où il n’y a que trois personnages principaux, solides, compétents et capables de touches d’humour, pour abaisser la tension nationale. Dimanche, une surprise attendait les habitués du 13 h. Un quatrième personnage s’est pointé à la table, soit le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, habillé plus chic que ses deux collègues, qui avaient opté pour le mode vestimentaire relax du week-end.

Blague à part, il y a quelque chose d’apaisant à savoir que notre famille, nos amis ou nos collègues de travail regardent ce même point de presse, en simultané, dans toutes les régions du Québec. Une sorte de communion devant la télévision, un feu de camp collectif, pour reprendre l’expression de mon ancienne collègue Louise Cousineau.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

« District 31 est devenu District 13 h, où il n’y a que trois personnages principaux, solides, compétents et capables de touches d’humour, pour abaisser la tension nationale », écrit notre chroniqueur Hugo Dumas.

C’est en temps de crise que l’on constate le pouvoir de rassemblement et la pertinence de la télé dite traditionnelle. Alors que les services en ligne à la Netflix la malmènent depuis plusieurs années, la télévision traditionnelle a prouvé plus que jamais son utilité pendant la pandémie de COVID-19.

Dimanche soir, la présentation de Tout le monde en parle en direct à Radio-Canada a été un complément pertinent à notre District 13 h. Le premier invité sur le plateau sans public de Guy A. Lepage, le ministre des Affaires étrangères du Canada François-Philippe Champagne, a admis juger « un ti-peu » les voyageurs qui ont décollé récemment, malgré la menace présentée par le coronavirus.

Un ti-peu ? Hum. Beaucoup, je dirais. Surtout que plusieurs de ces globe-trotteurs inconscients se décarcassent actuellement pour rentrer au pays. « Ce qu’on vit en ce moment, c’est le plus grand rapatriement de l’histoire canadienne en temps de paix », a indiqué le ministre Champagne.

Le sympathique couple de Gatineau qui a contracté la COVID-19 sur le bateau de croisière Diamond Princess, Diane et Bernard Ménard, est maintenant guéri de la maladie. Excellente nouvelle.

« On a eu très peur. Ç’a été comme un coup de masse. À l’hôpital, on ne pensait pas s’en sortir », a raconté Diane Ménard, qui souffre de diabète.

Les Ménard ont été hospitalisés pendant 16 jours au Japon. Quand Guy A. Lepage a demandé à Bernard Ménard d’évaluer la gestion du gouvernement canadien, il a répondu : « je n’ai jamais été aussi fier de demeurer au Québec ». Une flèche envers l’administration de Justin Trudeau, qui a été écorchée plusieurs fois dans cette édition spéciale de Tout le monde en parle.

Bernard Ménard, qui se remet de deux cancers, a cependant accordé un 11/10 à François Legault pour son intendance efficace.

L’humoriste François Bellefeuille a également souligné la bonne performance du gouvernement Legault. « Je n’étais pas nécessairement fan de la CAQ, notamment sur leurs positions environnementales, mais François Legault m’impressionne. Je suis fier d’être Québécois. Je trouve qu’on montre l’exemple. On est de ceux qui ont le mieux géré ça », a dit François Bellefeuille.

Rassurante, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé un léger assouplissement des interdictions de stationnement (et de l’achat de vignettes). Elle aussi a insisté sur « le travail exemplaire » de l’équipe du premier ministre François Legault.

Très bonne entrevue avec la professeure au département de psychologie de l’UQAM Pascale Brillon. C’est le mimétisme émotionnel et comportemental qui a provoqué la folie du papier de toilette, symbole du dernier rempart contre l’indignité. Il y a des images de tablettes dévalisées dans les médias ? Vite, il faut en acheter des quantités astronomiques !

L’historien Laurent Turcot, clair et concis, a remonté le fil des épidémies qui ont tué des millions de personnes, dont la grippe espagnole, la petite vérole ou le choléra. Faut-il chercher des coupables pour la COVID-19 ? Non, car il ne s’agit jamais des bons, on prend toujours les mêmes, les marginaux, a remarqué Laurent Turcot.

En fin d’émission, Cœur de pirate a joué sa jolie chanson de prévention contre le virus, vêtue de son plus beau pyjama. Pour l’occasion, elle a gratté la guitare, plutôt que de s’asseoir au piano. Beau moment.

C’était la deuxième fois en 16 ans d’existence que Tout le monde en parle nous parvenait en direct. L’autre occasion, c’était le 15 novembre 2015 après les attentats terroristes de Paris.

Si c’est encore possible, Guy A. Lepage et Dany Turcotte, qui ont fait du bon boulot, travailleront de nouveau en direct la semaine prochaine. Aucun problème avec ça. Il n’y aura jamais assez de feux de camp pour nous réchauffer ces temps-ci.