L'Agora de la danse et l'Institut Goethe font revenir le chorégraphe Helge Letonja à Montréal pour la présentation de The Bog Forest, oeuvre pour cinq danseurs et un artiste vocal. Premier volet d'une trilogie autour de la migration, elle se passe dans une forêt où se cachent les clandestins et les rêves.

Aline Apostolska, collaboration spéciale LA PRESSE

Helge Letonja est heureux de revenir à Montréal. C'est la première chose qu'il dit au téléphone, de Brême, en Allemagne, où il a établi sa compagnie Steptext Dance Project, en 1996. Auparavant, il avait fait partie de la compagnie Montréal Danse et de la distribution de Notre Dame de Paris. Parcours atypique pour un danseur formé au classique en Europe, puis au contemporain avec Alvin Ailey à New York. «J'aime l'ouverture de Montréal, dit-il dans un français parfait, et aussi la danse québécoise pour son hybridité.»

Marécages

Après plus de 20 créations présentées en Europe, aux États-Unis, au Canada, en Israël et en Amérique du Sud, cet artiste engagé se sent interpellé par la dimension sociale, la politique internationale et la diversité. Des thèmes qui sont au coeur de sa nouvelle pièce, The Bog Forest, premier volet d'un triptyque. «J'ai choisi pour chaque volet des espaces se référant à la migration. D'abord, la forêt, là où se cachent les clandestins en espérant partir; puis l'océan, pour évoquer les boat people, et le désert aux sens propre et figuré.»

Dans The Bog Forest (la forêt marécage), il réunit deux symboliques. «Je vois la forêt comme une éponge qui absorbe les histoires individuelles, explique-t-il. On y perd son individualité, ses rêves, son histoire propre au profit d'un groupe qui doit rester uni pour survivre, mais au sein duquel on est seul. Quant au marécage, c'est surtout un sol instable qui renvoie au fait que toute stabilité disparaît de la vie des déplacés.»

Un artiste vocal, Christian Wolz, est présent auprès des danseurs. «Le chanteur exprime ce que les danseurs ne disent pas», précise Helge Letonja.

_____________________________________________

The Bog Forest, à l'Agora de la danse mercredi, jeudi et vendredi à 20h.