(Pékin) Les ventes de téléphones intelligents ont bondi au premier trimestre en Chine, portées par la reprise économique et la 5G, selon une étude, mais la part de marché du champion national Huawei s’est effondrée.

Agence France-Presse

Premier pays touché par le coronavirus qui avait paralysé son économie début 2020, la Chine avait vu l’an dernier ses ventes de téléphones intelligents fortement reculer au premier trimestre (-20 % sur un an) sur son marché intérieur.

Aujourd’hui remis en grande partie de la pandémie, le pays a retrouvé son niveau d’il y a deux ans dans ce secteur, d’après l’étude du cabinet Canalys publiée jeudi.  

Au premier trimestre 2021, les ventes de téléphones portables ont augmenté de 27 % sur un an, avec 92,4 millions d’unités écoulées.

« L’augmentation rapide du nombre d’abonnés à la 5G a été un facteur clé du remplacement des appareils », relève l’analyste de Canalys, Amber Liu.

Fin mars, cette cinquième génération amenée à révolutionner l’internet mobile avait séduit plus de 350 millions de personnes en Chine.

Ce premier trimestre est également marqué par une concurrence de plus en plus vive.

Huawei, qui était de loin l’an dernier à cette période le plus gros fournisseur de téléphones intelligents dans son pays, y a vu ses ventes reculer de 50 % entre janvier et mars.  

Et sa part de marché s’est effondrée : elle est passée en un an de 41 % à 16 %.

Visé par des sanctions américaines, Huawei est désormais devancé par ses compatriotes Vivo (23 % de part de marché) et Oppo (22 %). Le chinois Xiaomi est quatrième (15 % de part de marché) devant l’américain Apple (13 %).

Huawei est le seul fabricant de ce classement à connaître un recul des ventes.

Le groupe s’était retrouvé dans le collimateur de l’ex-administration Trump, qui l’avait accusé, sans toutefois apporter de preuves, d’espionnage potentiel au profit de Pékin.

Conséquence : les États-Unis ont placé en 2019 le groupe sur liste noire afin de l’empêcher d’acquérir des technologies « made in USA », notamment les puces, pourtant indispensables à ses produits.

La pression de Washington a pesé l’an dernier sur les résultats de Huawei.  

Et le groupe a été contraint en novembre de céder Honor, une marque de téléphones intelligents d’entrée de gamme. Cette cession explique aussi en partie le repli des ventes totales de Huawei au premier trimestre.