Arrondir ses fins de mois en distribuant des éthylomètres dans les débits de boisson quand on est aux études est une chose. Réussir ensuite à en vivre confortablement pendant plus de 10 ans en est une autre.

Publié le 17 août 2015
André Dubuc LA PRESSE

C'est sans doute la différence entre être ou ne pas être entrepreneur.

Stéphane Maurais, 49 ans, se classe certainement dans la catégorie des entrepreneurs.

«Bien humblement, je crois qu'on est devenu le plus gros joueur dans le monde au chapitre des tests d'alcoolémie à usage unique», soutient celui qui est entré chez Alco Prévention comme simple franchisé en 1989 pendant ses études universitaires en marketing.

Son entreprise Alco Prévention Canada, de Laval, a su populariser au fil des ans son alcootest «Alco-tube» à usage unique avec le coureur automobile Bertrand Godin comme porte-parole. Elle réalise maintenant 40% de ses ventes annuelles - de 3 millions - hors du Canada, soit dans plus de 20 pays par l'entremise d'agents exclusifs que M. Maurais recrute sur le web ou par l'entremise des consulats du Canada.

Vendu à un prix de détail de 5$ ou moins, l'Alco-tube est un éthylomètre à usage unique de 10 centimètres de long dans lequel le conducteur souffle pendant 12 secondes pour déterminer s'il a ou pas dépassé la limite légale d'alcoolémie dans le sang. Si les cristaux du tube changent de couleur, l'individu dépasse la limite légale de 80 mg d'alcool par 100 ml de sang.

Créé en 1989 par Ronald Chartrand, ce qui s'appelait à l'origine Alcotest Québec avait au départ pour objectif d'équiper les bars de la province d'éthylomètres commerciaux. Vinrent ensuite les Alco-tubes individuels au début des années 2000. Ceux-ci sont distribués depuis 2005 dans environ 2000 points de vente, comme les succursales de la Société des alcools et les pharmacies.

Déclic des exportations

Une fois ces deux marchés bien couverts, Stéphane Maurais, qui a été promu associé de l'entreprise en 1999, a commencé à y travailler à temps plein en 2004 avant de devenir l'actionnaire majoritaire, s'est tourné vers les partys de Noël et les tournois de golf d'entreprise.

Pour l'occasion, Alco loue aux organisateurs un appareil Alcobar qui mesure le taux d'alcoolémie des participants avant qu'ils ne prennent le chemin du retour. Il en coûte 500$ pour la soirée, incluant la présence d'un technicien. L'entreprise participe à 1300 événements d'entreprise par an. Selon les sondages qu'elle effectue auprès de ses clients, 40% des fêtards qui se soumettent au test dépassent la limite légale. Du nombre, la moitié l'ignorait.

Pour ce qui est de l'Alco-tube, l'avenir passe par les exportations. À ce propos, le coup d'envoi a été donné quand la France a rendu obligatoire la présence d'un éthylotest dans chaque véhicule à moteur le 1er juillet 2012. «Nous étions l'un des deux seuls vendeurs d'éthylotests chimiques homologués», dit M. Maurais.

La mesure a duré sept mois à peine. En janvier 2013, le ministre de l'Intérieur reportait sine die l'éthylotest obligatoire. Alco a tout de même eu le temps d'en vendre 3 millions d'unités. Bien que temporaire, la mesure a eu des retombées durables. «Ça a réveillé bien du monde en Europe», dit M. Maurais.

De plus, Alco Prévention est depuis 2013 le fournisseur officiel de l'armée américaine. Au pays, Alco vient de signer un partenariat avec MADD Canada (Mères contre l'alcool au volant). «Les alcotests d'Alco Prevention ont démontré leur fiabilité avec les années. Ce sont des outils permettant au conducteur de prendre les bonnes décisions», explique au téléphone le président de MADD Canada, Andrew Murie.

Dangereux à copier

Les tubes d'Alco Prévention sont certifiés NF, pour norme française, TUV en Allemagne, AS en Australie et FDA aux États-Unis. Une reconnaissance qui les met à l'abri de la concurrence bon marché.

«Il en existe, des manufacturiers chinois d'alcotests. Mais quand un test cheap donne un mauvais résultat, les conséquences sont graves», dit M. Maurais.

L'entreprise lavalloise, qui confie la fabrication en sous-traitance, améliore son offre de produits avec l'aide de ses manufacturiers. Par exemple, son Alco-tube aura bientôt une échelle de graduation qui indiquera le niveau d'alcool dans le sang, et non plus seulement si on dépasse la limite ou non.

La société commercialise depuis peu un détecteur d'alcool intelligent à usages multiples allant de pair avec une application iPhone ou Android. L'iAlco Supreme calcule le taux d'alcoolémie et donne une estimation du temps requis pour redevenir sobre tout en permettant de communiquer son résultat à un proche par message texte ou Facebook.

«Pendant des années, je me suis fait dire d'ouvrir une manufacture d'alcotests, se souvient Stéphane Maurais. De les faire faire ici, à Laval, qu'on allait me financer. Je ne suis pas un manufacturier. J'haïs ça. Je suis un gars de marketing. J'amène des idées. J'amène le pouls du marché.»

Savoir reconnaître ses forces, c'est aussi ça, être entrepreneur.

---------------

Alco Prévention Canada en brefDistributeur d'éthylotests et autres outils de prévention

Création: 1989

Siège social: Laval

Chiffre d'affaires annuel: 3 millions

Employés: 10 à temps plein

Propriétaire: Stéphane Maurais