Une agence indépendante de conseil en vote recommande aux actionnaires de la Financière Power de rejeter le projet de restructuration annoncé en décembre par lequel le conglomérat montréalais Power Corporation doit absorber sa principale filiale.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

La firme Institutional Shareholder Services (ISS) estime qu’ultimement, les risques à long terme associés à la structure du capital à deux paliers qui donne le contrôle a la famille Desmarais surpassent les prétendus avantages économiques de la réorganisation, rapporte le Globe and Mail. Appelée à commenter, la direction de Power Corporation a indiqué au Globe and Mail être en désaccord avec ISS et a souligné que deux autres agences de conseil (Glass Lewis et Egan-Jones) se sont dites favorables à l’opération proposée. Les actionnaires sont convoqués mardi prochain en assemblée pour voter.

La réorganisation doit entraîner un changement de stratégie qui mettra l’accent sur les services financiers. La direction a ainsi laissé entendre que des actifs pourraient être vendus et un programme de réduction des coûts de 50 millions sur deux ans a été élaboré.

La Financière Power a été mise sur pied par Power Corporation il y a plus de 30 ans pour créer un véhicule axé sur les services financiers. À l’époque, en 1984, Power Corporation détenait des actifs substantiels dans le secteur industriel. Si la Financière Power représentait environ 50 % des actifs, la Consolidated Bathurst comptait pour le quart des actifs de Power Corporation et le Canadien Pacifique pour près de 15 %.

La Financière Power est devenue au fil des années une portion de plus en plus importante de Power Corporation. Si bien que les deux entités affichent depuis un moment des profils d’actifs plutôt similaires. Aujourd’hui, la part de 64 % de Power Corporation dans la Financière Power équivaut à environ 80 % des actifs de Power Corporation.