Le mois d’octobre aura été salutaire pour les coffres d’Airbus et du gouvernement du Québec, actionnaires du programme A220. Douze nouveaux appareils ont finalement été livrés — et payés — soit autant que durant les sept mois précédents.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Comme elle le fait chaque mois, Airbus a publié vendredi la liste de ses livraisons du mois d’octobre. On peut y constater que le programme A220 a livré sept A220-100, tous fabriqués à Mirabel pour le compte de Delta, et cinq A220-300, dont un assemblé à Mirabel et livré à Air Canada.

C’est aussi durant ce mois qu’ont été effectuées les premières livraisons d’appareils en provenance de l’usine de Mobile, en Alabama. Delta y a reçu quatre A220-300.

Ces livraisons vont donner une bouffée d’air frais aux finances du groupe. L’essentiel du prix des avions est versé au moment de la livraison. Or Delta, le plus important client du programme, reportait toutes ses livraisons depuis le mois de mars, en raison de la pandémie, de sorte que des appareils finis et prêts à être livrés s’accumulaient aux portes de l’usine construite par Bombardier, à Mirabel.

Delta avait pourtant publiquement annoncé, pas plus tard qu’à la mi-octobre, qu’elle était parvenue à un accord avec Airbus pour reporter de nombreuses livraisons d’appareils jusqu’en 2022. Il semble maintenant évident que cette entente ne concernait pas les A220, dont la petite taille en a jusqu’ici fait un favori de ceux qui en possèdent en ces temps troubles.

Delta était aussi confrontée à un problème de pénurie de pilotes pour cet appareil. Comme la plupart de ses pilotes d’A220 se trouvent au bas de son échelle d’ancienneté, elle se voyait obligée de les mettre à pied. Une entente de principe entre l’entreprise et le syndicat est toutefois survenue le 30 octobre dernier.

Un total de 30 appareils A220 ont maintenant été livrés en 2020.