Source ID:4a254ddaa4bc37888087aa03339f8416; App Source:StoryBuilder

Québec confiera l'hébergement des données informatiques au privé

(QUÉBEC) Le gouvernement québécois cessera bientôt d'opérer la quasi-totalité de ses serveurs informatiques et plus de 80 % des données qu'ils contiennent seront confiées à des sous-traitants comme IBM, Amazon ou Microsoft.

Le gouvernement Legault a annoncé lundi une réforme importante de la manière dont les ministères et organismes publics compilent et stockent les données informatiques.

Celles-ci sont actuellement hébergées dans 457 « centres de traitement informatique » dispersés un peu partout au Québec. D'ici trois ans, on n'en comptera plus que deux, a annoncé le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire.

« Actuellement, il y a des postes en ressources informationnelles pour lesquels on ne trouve personne, a fait valoir M. Caire. Et parallèlement à ça, on se rend compte que cette multiplicité des centres de traitement de l'information fait qu'on utilise trop de ressources qu'on pourrait mettre ailleurs. Donc c'est une question d'efficacité de l'utilisation des ressources. »

Plutôt que d'héberger ses propres données, Québec va les confier à hauteur de plus de 80 % à des entreprises spécialisées qui exploitent des serveurs. Les ministères et organismes y auront accès grâce à l'infonuagique.

Autrement dit, des firmes telles que IBM, Amazon, Microsoft vont eux-mêmes opérer les serveurs et Québec paiera en quelque sorte un loyer pour recourir à leurs services. La réforme ne favorisera pas que des multinationales américaines, a assuré le ministre, car deux firmes québécoises se spécialisent aussi dans ce type de service.

Le plan permettra à Québec d'éviter d'engloutir des millions pour opérer, entretenir et mettre à jour son parc de serveurs informatiques.

« On va maintenir une expertise sur le fonctionnement, les avantages et les performances de l'infonuagique, a expliqué M. Caire. Mais en termes d'avancées technologiques, de maintien et de modernisation des actifs, on pense que ces entreprises-là ont plus de moyens financiers pour faire évoluer ça et s'assurer qu'on est toujours à la fine pointe de la technologie. »

Sécurité

N'est-il pas risqué de confier les données publiques au privé ? Au contraire, a répondu le ministre Caire. Les firmes qui se qualifieront dans le cadre des appels d'offres devront répondre à des normes de sécurités élevées, normes que les ministères sont eux-mêmes parfois incapables d'atteindre faute de ressources.

D'ailleurs, a-t-il souligné, plusieurs autres entités telles que le Pentagone, la CIA et des gouvernements étrangers ont adopté cette stratégie.

Le gouvernement Legault calcule que sa stratégie lui permettra d'économiser 100 millions d'ici la fin du mandat. Dans son cadre financier présenté en campagne électorale, la Coalition avenir Québec a laissé entrevoir une baisse des dépenses informatiques de 210 millions.

Le reste de ces économies fera l'objet d'une annonce plus tard, a indiqué le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui était aux côtés de M. Caire lundi matin.

« Il y a un budget qui s'en vient, a dit M. Dubé. Ce qu'on a dit, c'est qu'il y avait 210 millions en informatique sur quatre ans. On est en train d'en prendre une très belle bouchée ici. »

Les dépenses informatiques du gouvernement québécois s'élèvent à 4,5 milliards par année.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer