(Ottawa) Le gouvernement Trudeau fera le point sur les finances publiques du pays le 30 novembre, a signalé la ministre des Finances Chrystia Freeland.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Au moment d’en faire l’annonce en Chambre, lundi après-midi, la grande argentière a réitéré que le Canada était dans une situation fiscale avantageuse avant que la pandémie de la COVID-19 ne vienne malmener l’économie.

« Notre plan est de continuer à soutenir les Canadiens pendant la pandémie et faire en sorte que l’économie post-COVID soit robuste, inclusive et durable », a déclaré la vice-première ministre pendant la période des questions.

Le gouvernement s’était engagé à présenter une mise à jour économique dans le discours du Trône.

Le dernier exercice du genre remonte à juillet dernier.

Celui qui était à l’époque ministre des Finances, Bill Morneau, avait alors chiffré à quelque 343 milliards le montant du déficit pour 2020-2021.

Depuis, le gouvernement a toutefois continué à allonger des milliards de dollars pour aider entreprises et particuliers à composer avec la pandémie de la COVID-19.

Le gouvernement libéral n’a pas déposé de budget depuis plus d’un an et demi. Un exercice financier devait être mis de l’avant le 30 mars dernier, mais la pandémie a forcé l’annulation de sa présentation – si bien que le dernier budget fédéral remonte au 19 mars 2019.

Les libéraux lèveront le voile sur l’état des finances publiques à quelques jours d’une rencontre entre Justin Trudeau et ses homologues provinciaux et territoriaux, au cours de laquelle il sera principalement question de l’enjeu du Transfert canadien en matière de santé (TCS).

Les dirigeants des provinces et des territoires réclament 28 milliards de plus au fédéral afin de faire passer de 22 % à 35 % la part d’Ottawa dans le financement des dépenses en santé, qui ont explosé depuis le début de la pandémie de la COVID-19.