Le ministre des Finances et président du Conseil du trésor, Carlos Leitao, juge inutile de soumettre l'Assemblée nationale à l'agence que le gouvernement veut créer pour empêcher les malversations dans l'octroi de contrats publics.

Publié le 6 oct. 2016
Alexandre Robillard LA PRESSE CANADIENNE

M. Leitao a affirmé que l'institution, qui jouit d'un statut particulier en sa qualité de siège du pouvoir législatif, ne sera pas assujettie à l'Autorité des marchés publics (AMP).

Le ministre a présenté, jeudi, des amendements pour inclure la surveillance des processus d'octroi de contrats des municipalités dans le mandat de l'AMP.

Dans un point de presse, M. Leitao a estimé que l'Assemblée nationale, qui est souveraine, a des procédés de vérification interne.

À ses côtés, le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, n'a pas relevé de contradiction dans le fait de soumettre les municipalités à l'AMP tout en écartant l'Assemblée nationale.

Selon M. Coiteux, le gouvernement répond aux recommandations de la Commission Charbonneau qui ciblaient les contrats publics des municipalités.

M. Leitao a dirigé les journalistes vers les autorités de l'Assemblée nationale.

« Je ne vois pas la nécessité, mais cet enjeu devrait d'abord être étudié par le Bureau de l'Assemblée nationale, a-t-il dit. Personnellement je ne vois pas la nécessité, mais ce n'est pas à moi à prendre la décision. »

L'Assemblée nationale dirige actuellement un important chantier de construction doté d'un budget de 60 millions $ qui doit mener à l'ajout d'un pavillon d'accueil souterrain devant l'édifice.

Les travaux, qui doivent se terminer en 2019, seront financés à même des surplus budgétaires que l'institution a réussi à dégager grâce à son statut particulier, cette pratique étant interdite aux autres organismes publics.