Exclusif

Marois voyait Barrette à la tête du CHUM

La candidature de Gaétan Barrette a officiellement été... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

La candidature de Gaétan Barrette a officiellement été annoncée lundi par le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, qui s'est présenté devant les médias flanqué du Dr Barrette et du Dr Yves Bolduc, ancien ministre de la Santé et critique de l'opposition en santé.

La Presse, Robert Skinner

Le candidat libéral et ex-président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), le Dr Gaétan Barrette, affirme que la première ministre Pauline Marois lui a offert le poste de directeur général du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) il y a deux semaines à peine.

La rencontre tenue à la demande de la première ministre s'est déroulée au cabinet de Mme Marois, à Montréal, le 14 février. Le directeur de cabinet adjoint, Dominique Lebel, était présent.

«Je l'ai rencontrée [Mme Marois] à sa demande pour un sujet que je ne connaissais pas. Je l'ai rencontrée pour me faire offrir le poste de DG du CHUM», a-t-il déclaré en entrevue à La Presse hier, alors qu'il devenait officiellement candidat libéral dans La Pinière.

«Quand le PQ dira que je suis un ci et un ça... Il était prêt à me donner les commandes du vaisseau amiral du plus gros hôpital du Québec», lance le Dr Barrette en parant d'éventuelles attaques.

Au cabinet de Mme Marois, on confirme la tenue de cette rencontre. La candidature du Dr Barrette était vue d'un très bon oeil par la première ministre, reconnaît le directeur des communications, Julien Lampron.

«On avait entendu que Gaétan Barrette était intéressé par le poste de DG. On voulait sonder son intérêt», explique M. Lampron. Il précise que la première ministre ne pouvait offrir le poste en tant que tel, puisque la nomination doit respecter un processus entériné par le conseil d'administration du CHUM, mais que la candidature du Dr Barrette «était tout à fait considérée».

La conversation s'est déroulée à la fin d'une rencontre dans le cadre des consultations prébudgétaires au cours de laquelle Mme Marois voulait sonder le Dr Barrette au sujet d'un étalement de la hausse de rémunération des médecins.

Les deux parties devaient se revoir pour discuter de nouveau du poste du DG. «C'était son rêve [au Dr Barrette].

Il était très, très intéressé.

Il s'est intéressé beaucoup aux considérations financières, il posait beaucoup de questions sur le traitement», précise M. Lampron.

Le CHUM est sans directeur général depuis que Christian Paire a été forcé de démissionner de son poste, au mois de décembre, à la suite de révélations concernant des problèmes de gouvernance.

Depuis, le sous-ministre Michel Fontaine assume l'intérim à la demande du ministre de la Santé, Réjean Hébert, qui a aussi nommé un accompagnateur pour le CHUM. Le ministre a donné dernièrement le feu vert à l'établissement pour qu'il entreprenne le processus de recrutement d'un nouveau DG.

La politique avant le CHUM

Le Dr Barrette affirme avoir beaucoup réfléchi à un possible avenir au CHUM. «Ça m'intéressait beaucoup», confie-t-il.

Mais à la même période, en février, il a aussi été approché par les libéraux pour un retour en politique. Aux élections de 2012, il était l'un des candidats-vedettes de la Coalition avenir Québec.

Entre le CHUM et la politique, le Dr Barrette a finalement choisi la seconde option.

Sa candidature a officiellement été annoncée hier par le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, qui s'est présenté devant les médias flanqué du Dr Barrette et du Dr Yves Bolduc, ancien ministre de la Santé et critique de l'opposition en santé.

«C'est une équipe compétente, solide, expérimentée, et probablement l'équipe santé la plus expérimentée qui a été présentée à l'électorat québécois au cours des dernières années», a affirmé M. Couillard.

La candidature du Dr Barrette a toutefois suscité beaucoup d'étonnement. Il y a un moins d'un mois, il écrivait sur Twitter qu'il ne serait pas candidat aux prochaines élections générales.

Pour expliquer son changement de cap, il a parlé de la gestion du PQ en santé depuis 18 mois. «Je constate, comme tout le monde, que ça ne fonctionne pas dans le réseau de la santé», a-t-il lancé.

Le Dr Barrette, qui a démissionné de la présidence de la FMSQ pour se lancer en politique, a souvent critiqué avec virulence les ministres de la Santé par le passé, dont son nouveau collègue, le Dr Bolduc.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer