Source ID:1cc4d1cbdb4d332a97a1149f3e69a7de; App Source:StoryBuilder

Andrew Scheer hué par des chefs autochtones

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
JANICE DICKSON
La Presse Canadienne
Ottawa

Des centaines de chefs autochtones ont hué, jeudi, le leader du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, lorsque ce dernier leur a dit qu'ils devraient attendre la publication de sa plateforme électorale pour savoir en quoi il était différent de l'ancien premier ministre Stephen Harper.

M. Scheer a prononcé un discours à l'occasion d'une rencontre des chefs de l'Assemblée des Premières Nations (APN) dans un hôtel du centre-ville d'Ottawa.

Durant une période de questions et réponses, les chefs ont demandé au leader de l'opposition en quoi il se distinguait de M. Harper. Une dame l'a invité à citer une politique pour laquelle il défend une position différente de celle de son prédécesseur, tandis qu'une autre lui a enjoint d'expliquer comment il prévoyait regagner la confiance des Premières Nations que « M. Harper a perdue ».

La chef Elaine Johnston, de la première nation Serpent River, dans le nord de l'Ontario, a informé Andrew Scheer que les Autochtones n'avaient pas une relation positive avec les gouvernements conservateurs du pays, incluant celui de l'Ontario.

Mme Johnston a confié que, ce qui la préoccupait, c'était de savoir ce que M. Scheer allait faire de différent par rapport aux précédents gouvernements conservateurs pour se réconcilier avec les Premières Nations.

La leader autochtone a ajouté qu'elle avait besoin d'entendre le chef conservateur sur ce point parce que, pour le moment, elle ne voyait aucune action concrète en ce sens.

Jessica Jacobs, membre du conseil des Ta'an Kwach'an au Yukon, a carrément demandé au chef conservateur ce qu'il pensait des Premières Nations et de leurs enjeux, et comment il allait essayer d'arranger les relations entre le Parti conservateur et les Autochtones.

« Les deux premières questions étaient plutôt similaires... La différence entre le précédent gouvernement conservateur et moi en ce qui a trait, très précisément, aux politiques. Pour cela, je vais devoir vous demander de faire preuve d'un peu de patience et d'attendre la publication de notre plateforme », a répondu Andrew Scheer, provoquant aussitôt des huées dans la salle.

Il s'est empressé d'ajouter que les Autochtones verraient la différence. Lors des dernières élections fédérales, les conservateurs ont été boudés par la grande majorité des Premières Nations et M. Scheer a assuré vouloir remédier à la situation, notamment en assistant à « ce genre de réunions de manière respectueuse ».

Le chef conservateur a laissé entendre que sa formation politique travaillerait à protéger et à promouvoir les langues autochtones, affirmant avoir déjà discuté de ce sujet avec le chef national de l'APN, Perry Bellegarde.

Une section complète de la plateforme électorale conservatrice sera consacrée à des questions comme celle-là, a précisé Andrew Scheer, avant de promettre que la plateforme ne serait pas uniquement rédigée par sa garde rapprochée.

Si M. Scheer n'a pas voulu donner de détails sur ce qu'il ferait pour se distinguer de Stephen Harper, il a toutefois promis que son approche serait différente de celle des libéraux.

« Je serai heureux de revenir vous voir dans un avenir proche et d'expliquer plus en détail certains aspects sur lesquels nous ferons campagne, mais notre approche sera différente de celles des libéraux. Ce sera une approche basée sur une bonne relation, mais aussi sur les résultats », a-t-il soutenu.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer