En admettant qu'il avait déjà consommé de la marijuana, Justin Trudeau a déclenché une petite commotion sur la colline parlementaire en ce vendredi d'été.

Publié le 23 août 2013
Steve Reenie LA PRESSE CANADIENNE

Le chef libéral a reconnu jeudi qu'il avait fumé un joint alors qu'il siégeait comme député au Parlement, ce qui a contraint certains de ses collègues à répondre à des questions sur leurs propres habitudes de consommation.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a affirmé qu'il s'était tenu loin de la marijuana après avoir appris qu'un candidat à la Cour suprême des États-Unis avait dû se retirer en raison de sa consommation passée de pot.

La question a également été posée lors d'une conférence de presse donnée par le ministre de l'Emploi, Jason Kenney, et le ministre de l'Immigration, Chris Alexander.

Le ministre Kenney a assuré qu'il n'avait jamais fumé un joint, mais il a admis qu'il buvait du café, contrairement à Justin Trudeau.

«Les actions et commentaires de M. Trudeau parlent d'elles-mêmes», a déclaré M. Kenney, répétant les paroles qu'avait prononcées son premier ministre la veille.

Entrant dans le jeu, son collègue a reconnu qu'il buvait, lui aussi, du café.

De son côté, le ministre de la Justice, Peter MacKay, a affirmé que la plupart des Canadiens s'attendaient à ce que leurs élus respectent la loi.

«Le fait qu'il ait avoué avoir fumé de la marijuana et désobéi à la loi en toute connaissance de cause alors qu'il siégeait au Parlement donne un côté hypocrite à son vote en faveur des sanctions plus strictes, qui s'est déroulé à peu près à la même époque où il s'est allumé un joint. Sa crédibilité s'est un peu envolée en fumée», a déclaré M. MacKay à Halifax.

M. Trudeau, élu en 2008, a voté l'année suivante pour imposer des peines minimales aux producteurs de marijuana.

Le chef libéral a raconté à Huffington Post Canada qu'il avait fumé du pot seulement cinq ou six fois dans sa vie, qu'il n'avait jamais retiré beaucoup de plaisir de ce geste et qu'il ne le faisait plus.

Il a précisé que la dernière fois remontait à il y a trois ans, lorsqu'il a consommé de la marijuana sur la terrasse de sa résidence à Montréal.

Au contraire des Conservateurs, certains ont pris la défense de Justin Trudeau.

Dans une entrevue accordée à l'émission «The Morning Show» à Global TV, l'acteur George Takei a louangé la candeur de M. Trudeau.

«Ce sera positif pour lui, a soutenu l'acteur, qui a incarné M. Sulu dans les séries originales de Star Trek. Cela fait du bien au Canada d'avoir un politicien honnête et franc.»

Un membre du caucus libéral s'est également porté à la défense de son chef. Le député Scott Brison a affirmé en entrevue qu'il admirait la candeur et le bon sens de Justin Trudeau.

«J'ai aussi reçu des commentaires de la part de gens qui croient que des personnes comme Stephen Harper et Peter MacKay sont désespérément déconnectées de la réalité et plus promptes à faire la morale et à attaquer les gens qu'à entendre raison», a-t-il soutenu.

Il a aussi assuré que personne n'avait remis en question le jugement du leader libéral parce qu'il avait fumé du pot alors qu'il était député.

«Non, personne ne m'a fait ce commentaire», a indiqué M. Brison, avant de critiquer les tentatives des conservateurs pour persuader les Canadiens que Justin Trudeau n'est pas apte à gouverner.

«C'est un peu culotté de la part de Stephen Harper, qui a nommé Pamela Wallin et Mike Duffy au Sénat. Vous voulez parler de jugement? On va en parler.»

Scott Brison a pour sa part admis avoir déjà consommé de la marijuana avant qu'il ne devienne député en 1997.