Après plusieurs semaines de réflexion, Bob Rae a jeté ses cartes sur la table hier en annonçant qu'il ne briguera pas la direction du Parti libéral, comme plusieurs s'y attendaient et malgré les pressions de nombreux militants libéraux.

Joel-Denis Bellavance LA PRESSE

M. Rae, qui est chef intérimaire du Parti libéral depuis la cinglante défaite des libéraux aux élections du 2 mai 2011, a soutenu agir dans le meilleur intérêt du Parti libéral en ne briguant pas la direction de la formation politique de manière permanente. Il a dit avoir pris sa décision définitive en fin de semaine.

M. Rae, qui aura 64 ans en août, continuera donc à assurer l'intérim à la tête du Parti libéral jusqu'à ce qu'un nouveau chef soit élu par les militants, au plus tard en juin 2013.

«La meilleure façon de servir mon parti est de ne pas briguer la direction et de continuer mon travail comme chef intérimaire. [...] Cela n'a pas été une décision facile. J'ai eu beaucoup d'encouragements de me présenter. Mais je crois que c'est mieux pour le parti et je suis très à l'aise avec cette décision», a affirmé M. Rae en point de presse.

«Il y aura une course à la direction qui sera très enlevante. [...] C'est un temps de renouveau pour le parti. Il faut donner aux gens l'occasion de se présenter. Il y a beaucoup de travail à faire pour le parti. Alors, nous aurons un an de travail», a-t-il ajouté.

Justin Trudeau réfléchit...

Cette décision a eu l'effet d'une bombe sur la colline parlementaire, hier, car d'aucuns s'attendaient à ce que M. Rae soit de la course. Elle a aussi eu pour effet d'accentuer la pression sur le jeune député Justin Trudeau pour qu'il brigue la direction du Parti libéral autrefois dirigé par son père, Pierre Elliott Trudeau.

M. Trudeau a indiqué l'an dernier qu'il écartait l'idée de se lancer dans une éventuelle course, car il préférait consacrer plus de temps à sa jeune famille. Mais devant les journalistes, hier, il a dit devoir s'imposer une période de réflexion en famille à la lumière du désistement de Bob Rae afin d'évaluer si sa première décision est la bonne.

«La porte que j'ai fermée il y a un an exige que je fasse des réflexions et que j'aie des conversations avec ma famille. Servir son pays est quelque chose de très important auquel je crois et c'est pour ça que je suis député, mais revenir sur ma décision, ça va être une décision que je vais prendre dans la tranquillité avec ma famille», a dit M. Trudeau.

... Cauchon aussi

D'autres candidats qui pourraient se présenter sont l'ancien ministre de la Justice Martin Cauchon, les députés libéraux Denis Coderre, Marc Garneau et David McGuinty, et les anciens députés Martha Hall Findlay et Gerard Kennedy.

En entrevue, hier, Martin Cauchon a indiqué qu'il compte prendre au moins l'été afin de discuter avec sa famille de cette question avant de décider s'il se lance dans la course. Il compte annoncer ses couleurs à l'automne.

M. Cauchon a aussi tenu à saluer le travail de M. Rae qui, selon lui, a «contribué à amorcer la reconstruction du parti, à remettre le parti sur la bonne voie». «Je me réjouis donc de sa décision de rester jusqu'à l'élection du prochain chef», a-t-il ajouté.

Neutralité

M. Rae, qui a déjà été premier ministre de l'Ontario de 1990 à 1995 lorsqu'il était à la tête du Nouveau Parti démocratique provincial, a insisté pour dire qu'il est en forme et que ce n'est pas pour des raisons de santé qu'il renonce à être candidat.

«Je me sens absolument bien. Ma santé est bonne. Tout est bien dans ma vie. Et je vais continuer mon travail», a-t-il dit.

Devant les journalistes, M. Rae a dit qu'il aurait bien aimé remporter la course à la direction du parti en 2006 (il est arrivé troisième derrière Stéphane Dion et Michael Ignatieff) et qu'il aurait voulu diriger le parti après le départ de Stéphane Dion en 2008. «Mais cela n'est pas arrivé», a-t-il dit.

Le prochain chef du Parti libéral sera élu au plus tard en 2013. M. Rae a dit hier qu'il s'astreindra à la plus grande neutralité durant la prochaine course. La tâche qui attend le prochain leader n'est pas mince. Il devra reconstruire le parti dans plusieurs régions. Le Parti libéral ne compte que 35 sièges à la Chambre des communes.

M. Rae a promis hier de remettre au nouveau chef un parti qui aura de l'argent en banque, comptera plus de membres et aura une meilleure organisation.

La direction du Parti libéral s'est réunie hier soir afin de créer un comité chargé d'établir les règles de la prochaine course.