Source ID:6716a5db863f3863a53eb7498c838aa4; App Source:StoryBuilder
Exclusif

La sonneuse d'alerte Annie Trudel se rallie aux conservateurs

Annie Trudel, lors de son témoignage devant la... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Annie Trudel, lors de son témoignage devant la Commission de l'administration publique de l'Assemblée nationale, le 8 juin 2016

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

(OTTAWA) La sonneuse d'alerte Annie Trudel, qui a notamment travaillé à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et qui a témoigné devant la commission Charbonneau sur l'industrie de la construction, portera les couleurs du Parti conservateur dans la circonscription de Terrebonne aux élections fédérales du 21 octobre.

Mme Trudel a indiqué hier que sa décision de sauter dans l'arène politique constitue une « suite logique » à son cheminement professionnel qui, dit-elle, vise à instaurer de meilleures pratiques de gestion et de gouvernance à tous les ordres de gouvernement.

Selon nos informations, les troupes d'Andrew Scheer courtisaient Mme Trudel depuis plusieurs semaines déjà. Sa candidature s'ajoute d'ailleurs à une liste de candidats jouissant d'une notoriété certaine dans leur région tels que l'ancien maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, la directrice générale de la Jeune chambre de commerce de Drummond, Jessica Ébacher, l'ancien maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher, et l'ancien député adéquiste François Corriveau.

« En effet, j'ai pris une grosse décision ! », s'est exclamé hier Mme Trudel dans une entrevue accordée à La Presse. « J'ai pris beaucoup de temps pour y réfléchir. J'ai déjà été approchée à plusieurs reprises dans le passé sur la scène provinciale. À l'époque, ç'a toujours été un non catégorique. Mais j'ai pris le temps d'y penser et j'ai réalisé que je peux encore faire une contribution. »

Affirmant avoir fait ses devoirs avant d'accepter de briguer les suffrages pour les conservateurs, Mme Trudel a indiqué que « les magouilles » qui ont mené à l'affaire SNC-Lavalin ont largement contribué à sa réflexion, tout comme l'accusation d'abus de confiance qui a été portée contre le vice-amiral des Forces armées canadiennes, Mark Norman, en lien avec un contrat accordé au chantier maritime Davie de Québec, accusation qui a été suspendue en mai par la Couronne fédérale.

Elle a dit s'insurger contre la gestion des fonds publics du gouvernement Trudeau, qui accumule les déficits malgré la bonne tenue de l'économie canadienne alors qu'il avait promis de rétablir l'équilibre budgétaire au plus tard durant la dernière année d'un premier mandat.

TÉMOIGNAGES ET DÉNONCIATIONS

Mme Trudel affrontera le député bloquiste Michel Boudrias dans Terrebonne - une circonscription qu'elle n'habite pas. « Les gens vont dire que je suis parachutée dans Terrebonne. Mais il y a déjà un candidat qui a été choisi dans la circonscription que j'habite (Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Soeurs). » 

« J'ai une vision très pointue des enjeux qui sont vraiment spécifiques à la collusion et à la corruption. Il y a plusieurs régions qui ont été touchées par cela. Et Terrebonne en faisait partie. J'ai donc ce dénominateur commun avec les électeurs de Terrebonne. » - Annie Trudel, candidate pour le Parti conservateur

Mme Trudel s'est fait connaître au Québec pour ses témoignages devant la commission Charbonneau et pour certaines de ses dénonciations qui ont fait grand bruit. En octobre 2017, Mme Trudel avait allégué que des entreprises qui voulaient obtenir leur certification de l'Autorité des marchés financiers (AMF) devaient passer par certaines firmes plus à même de leur obtenir le feu vert de l'AMF. Des sommes d'argent étaient demandées pour faciliter l'obtention de ces autorisations, selon elle. Mais ces allégations ont été jugées non fondées par la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, dans un rapport déposé en juin 2018.

À ceux qui pourraient conclure qu'elle voit des complots partout, Mme Trudel répond que le temps finira bien par lui donner raison dans plusieurs dossiers.

Le lieutenant politique d'Andrew Scheer au Québec, le député conservateur Alain Rayes, a soutenu que la nouvelle recrue conservatrice saura « très bien représenter » la population de Terrebonne. « Son intégrité, sa détermination et son expérience professionnelle seront assurément un atout au sein de notre équipe », a-t-il dit.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer