François Legault a passé l'éponge jeudi sur le comportement d'une candidate qui pas divulgué à la Coalition avenir Québec qu'elle a déjà plaidé coupable à des accusations de vol.

Publié le 23 août 2018
Martin Croteau LA PRESSE

Karen Hilchey, pourra donc continuer de porter les couleurs de la CAQ dans Jacques-Cartier, sur l'île de Montréal.

«C'est à une époque où elle était très jeune et où elle avait des problèmes, a indiqué le chef caquiste. Donc je suis prêt à tourner la page et passer à autre chose.»La Presse a révélé jeudi que Mme Hilchey a été arrêtée pour un vol à l'étalage dans les années 80. Elle avait 22 ans à l'époque. En raison de sa condition médicale - elle souffrait alors d'épilepsie - le juge l'a libérée sans condition.

Mais la candidate, une ancienne conseillère municipale à Saint-Georges, en Beauce, n'a pas divulgué cet épisode lors de ses entrevues avec les responsables de la CAQ. Selon l'explication officielle du parti, une recherche dans les archives judiciaires n'avait pas permis de retrouver son dossier criminel en raison d'une initiale. 

«J'aurais préféré qu'elle nous le dise, a convenu François Legault. Mais je ne sais pas si on a posé directement la question.

Il a assuré que son parti a mené des vérifications sur les 125 candidats qui porteront les couleurs de la CAQ dans l'élection.

François Legault a tenu la première conférence de presse de sa campagne dans l'arrondissement de Cap-Rouge, à Québec. Le choix du lieu n'est pas fortuit: il se trouve dans la circonscription de Louis-Hébert, où la caquiste Geneviève Guilbault a remporté une victoire éclatante lors d'élections partielles l'automne dernier. Ce gain est la preuve «qu'il n'y a plus de châteaux forts libéraux au Québec».

Pour la première fois depuis la formation de la CAQ, le parti part en élections dans le siège du favori. Un sondage Ipsos-La Presse publié jeudi lui accordait 36% des suffrages, loin devant le Parti libéral (29%), le Parti québécois (18%) et Québec solidaire (11%).