Source ID:ca3b86da-e967-4bde-a471-a42cc1249b5d; App Source:alfamedia

Sondage Ipsos-La Presse: la CAQ part en tête

François Legault a encore pris de l'avance comme... (PHoto Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

François Legault a encore pris de l'avance comme chef perçu comme meilleur premier ministre du Québec, selon un sondage Ipsos.

PHoto Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Au premier jour de la campagne électorale, la volonté de changement chez les électeurs est plus nette que jamais. Et les libéraux semblent payer le prix d'un début de campagne chancelant : un recul de trois points dans les intentions de vote, selon un sondage d'opinion mené au lendemain du dérapage survenu dans la circonscription montréalaise de Marquette, la semaine dernière.

SEPT POINTS D'AVANCE

Pour la Coalition avenir Québec (CAQ) et François Legault, tous les voyants sont au vert dans la dernière enquête réalisée du 18 au 21 août par la firme Ipsos pour La Presse. Par rapport au dernier coup de sonde de cette firme, en mai, la CAQ grimpe d'un point de pourcentage, à 36 %, un mouvement peu significatif. Mais l'avance sur les libéraux s'accroît, parce que le Parti libéral (PLQ) recule à 29 %, ce qui porte à sept points l'avance de la CAQ. Le Parti québécois (PQ) recule aussi, de 2 points, et tombe à 18 %. Québec solidaire (QS) prend trois points, à 11 %.

« De tous nos sondages, c'est le plus favorable à la CAQ, qui obtiendrait probablement un mandat majoritaire. Le désir de changement est plus fort que tout ce qu'on a mesuré jusqu'ici », explique Sébastien Dallaire, directeur général d'Ipsos. « La tendance lourde se maintient. Legault est de plus en plus vu comme le meilleur premier ministre et Philippe Couillard traîne de la patte. » En outre, l'imposition d'Enrico Ciccone comme candidat dans Marquette et le départ chaotique de la campagne Couillard « semblent faire mal au Parti libéral », observe le spécialiste.

DÉSIR DE CHANGEMENT

Fait saillant de l'enquête, le désir de changement est plus perceptible que jamais dans la population. Quand on leur demande s'il vaut mieux garder le même gouvernement ou en changer, 63 % des répondants optent pour un rebrassage des cartes. C'est 6 points de plus qu'en mai, moment où on avait observé un recul de 4 points de cette volonté. On ne trouve plus que 21 % des répondants qui estiment qu'il vaut mieux reporter le gouvernement au pouvoir - quatre points de moins qu'au précédent sondage. Chez les francophones, on recense 70 % d'adeptes du changement, soit 5 points de plus qu'en mai. Fait à signaler, ce désir de changement a sérieusement grimpé, de 11 points, chez les non-francophones : 36 % sont désormais d'avis qu'il vaudrait mieux changer.

NON-FRANCOPHONES

Il se passe des choses du côté des électeurs allophones, observe Ipsos. Le PLQ retient l'appui de 62 % d'entre eux, mais cela représente une baisse importante de 12 points par rapport à mai. Les autres partis y gagnent : la CAQ obtient désormais 17 % chez les allophones, le PQ et QS récoltent tous deux 6 %. « Cela ne change rien dans les châteaux forts, mais dans les circonscriptions où il y a un peu plus de population ethnique, cela peut faire mal aux libéraux, ils vont appuyer un autre parti ou rester chez eux », observe M. Dallaire. Selon lui, le désir général de changement « commence peut-être à atteindre ces électeurs. Il faudra voir dans les autres enquêtes, si c'est seulement une saute d'humeur », ajoute-t-il.

FRANCOPHONES

La CAQ domine chez l'électorat francophone, avec 41 % d'appuis, le même niveau qu'en mai, la clé de la victoire dans bon nombre de circonscriptions. Le PQ et les libéraux sont au coude à coude chez ces électeurs. Le parti de Jean-François Lisée obtient 22 %, une autre baisse de 2 points depuis mai, alors qu'en février, le parti était à 29 %. Le PLQ reste à 20 % chez les francophones, comme en mai.

MONTRÉAL

Dans l'île de Montréal, le PLQ reste premier, avec 49 % des intentions de vote, deux points de mieux qu'en mai. La CAQ suit avec 18 % et le PQ suit avec 14 %. Pour la CAQ, c'est un recul de 4 points, alors que pour le PQ, la glissade est de deux points. Dans la couronne, la CAQ est toujours en avance avec 38 %, deux points de plus qu'en mai. Le PLQ y obtient l'appui d'un électeur sur quatre, 24 %, le PQ récolte 20 % et QS, 13 %.

QUÉBEC

Dans la région de Québec, la CAQ continue de dominer avec 45 % d'appuis, mais essuie une baisse de 10 points par rapport au coup de sonde de mai. une fluctuation étonnante peut-être attribuable à un échantillon plus restreint, convient le sondeur. « Il y a une baisse de la CAQ, mais il faudra un autre sondage pour en vérifier l'ampleur. » À Québec, les libéraux ont monté de 4 points, à 22 %, et le PQ de 2 points par rapport à mai dernier. Dans les autres régions, la CAQ l'emporte avec 43 %, contre 23 % pour les libéraux et 22 % pour le PQ. QS n'obtient que 7 % en dehors des grands centres.

VOTE VOLATIL

Seulement 42 % des électeurs se disent « absolument certains » de ne pas changer de parti une fois dans l'isoloir. Un autre groupe de 35 % se dit « plutôt certain » de maintenir le cap. Finalement, 16 % se décrivent comme « pas très certains », ou même « pas certains du tout » dans 6 % des cas. Ici, les partisans de la CAQ sont légèrement plus déterminés à maintenir leur choix.

LEGAULT EN AVANCE

Le chef de la CAQ prend encore de l'avance comme chef perçu comme meilleur candidat au poste de premier ministre. Il grimpe d'un point, à 28 %, dans l'opinion des électeurs au moment où Philippe Couillard baisse de 2. Jean-François Lisée baisse aussi de 2 points, pour un plancher de 9 %, seulement trois points de plus que Manon Massé.

ENJEUX

Les libéraux et la CAQ sont au coude à coude quant à la gestion des enjeux, en matière d'économie, de création d'emploi, d'immigration et de transports. La CAQ s'attire le plus la confiance des électeurs en matière de santé, de réduction d'impôts et d'éducation. « Dans tous les enjeux, la CAQ est soit à égalité, soit en avance sur les libéraux », observe le sondeur. Seule exception, la défense de la langue française est clairement identifiée au Parti québécois - 38 %, contre 16 % pour la CAQ et 13 % pour le PLQ. Mais la question linguistique est une priorité pour seulement 9 % des répondants.

MÉTHODOLOGIE

Le sondage Ipsos a été mené du 18 au 21 août, auprès de 1501 répondants. De ce nombre, 1001 réponses sont parvenues par internet, un échantillon complété par 500 entrevues téléphoniques. De ces dernières, 40 % passaient par un cellulaire et 60 % par ligne fixe. Il n'y a pas de marge d'erreur pour une telle enquête, « non probabiliste ». Mais un sondage téléphonique avec un tel échantillon est crédible à plus ou moins 2,9 %, 19 fois sur 20.




La liste:-1:liste; la boite:2512870:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer