La station CHOI FM de Québec fait face à un spectaculaire et soudain boycottage de plusieurs de ses annonceurs qui ont suspendu lundi leur achat de publicité sur les ondes de la radio de Jeff Fillion et de Dominic Maurais.

Patrick Lagacé Patrick Lagacé
La Presse

Ça a commencé lundi matin quand la Ville de Québec s’est fendue d’un communiqué qui annonçait la fin de ses achats de temps d’antenne parce que Radio X fait le choix de donner une large place aux voix qui s’opposent aux mesures sanitaires, ce qui met en danger la santé et la vie des citoyens.

Ont suivi, tout au long de la journée de lundi : Hydro-Québec, l’Industrielle Alliance, Desjardins, Uniprix ainsi que des commerces locaux, comme des concessionnaires et des restaurants (1)…

C’est que Radio X et ses animateurs vedettes Fillion et Maurais invitent régulièrement des négationnistes de la pandémie, des gens comme Alexis Cossette-Trudel, Lucie Laurier et Ken Pereira, pour commenter la pandémie. Et en nier les effets.

Ces gens-là vont vous dire qu’il n’y a pas de pandémie, enfin que tout cela n’est qu’une fiction arrangée avec le gars des vues et que les mesures pour contrer la progression du virus sont le vrai problème, à grand renfort d’« arguments » tirés des théories du complot les plus délirantes made in internet.

Et ils sont reçus à CHOI avec le même respect que Bernard Pivot recevant une lauréate du prix Goncourt (2).

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

La station CHOI a été lâchée par d’importants annonceurs en raison de ses prises de position sur les mesures sanitaires et la pandémie.

***

Il y a une raison pour laquelle la plupart des médias québécois dignes de ce nom n’invitent pas les conspirationnistes Alexis Cossette-Trudel, Lucie Laurier, Ken Pereira et autres héros du twilight zone numérique pour commenter la pandémie comme s’ils étaient des interlocuteurs légitimes.

C’est parce qu’ils ne le sont pas, légitimes.

Alexis Cossette-Trudel a assuré au Devoir que la chanteuse Lady Gaga mangeait des cadavres, il a dit que « tout le monde » autour de Justin Trudeau est pédophile, il boit comme du petit-lait le gospel de la ridicule et dangereuse théorie du complot d’extrême droite de QAnon – selon laquelle le monde est dirigé par une clique pédo-sataniste –, théorie qu’il propage avec zèle sur sa chaîne YouTube (3)…

La comédienne Lucie Laurier, qui avant la pandémie attribuait des pouvoirs surnaturels aux chemtrails – ces traînées blanches que laissent les avions dans le ciel –, s’est recyclée dans le grand complot mondial d’une pandémie « inventée » pour écraser les peuples de la Terre et sur laquelle Bill Gates capitaliserait…

Ken Pereira, mon Dieu, Ken Pereira, ça me fait mal de le dire : le héros de la lutte contre la corruption made in Québec des années 2010 s’est recyclé (4) dans la crédulité face aux idées les plus folles (comme celle voulant que les nazis avaient une base sur la Lune) et l’adhésion aux théories du complot les plus viles, comme la théorie antisémite voulant que le financier George Soros soit le marionnettiste du monde…

Ces gens-là tiennent des propos qui devraient les confiner à YouTube. Ils sont pourtant invités au micro de Radio X pour nier les effets mortels de la pandémie – entre deux pubs de Desjardins et d’Hydro-Québec –, ce qui fait grandir la désinformation au sujet du coronavirus. Ces conspirationnistes n’ont aucune expertise quelconque en épidémiologie, en virologie ou en santé.

Et ils parlent aux micros d’animateurs qui par ailleurs minent la crédibilité d’experts qui ont passé leur vie professionnelle dans le domaine de la science et de la santé !

Je suis pour la diversité des voix. Je suis pour une diversité de médias. Une démocratie est forte avec plusieurs médias, qui comptent plusieurs types de voix, qui offrent une palette d’idées, qui alimentent différents débats.

La diversité, c’est une roue qui fait que des médias s’alimentent les uns les autres. Quand elle tourne bien, on se complète, ça fait qu’une nouvelle d’un hebdo à 300 kilomètres de Montréal publiée il y a trois ans permet parfois à La Presse, au Devoir, à Montreal Gazette ou au Journal de Montréal d’attacher les fils d’une enquête qui va informer toute la population du Québec.

Informer, c’est ça, le mot-clé. Est-ce que Radio X informe ? Quand tu donnes de façon régulière et complaisante le micro à des conspirationnistes, tu as abdiqué toute ambition d’informer, qu’importe ce que tu fais par ailleurs, même si tout le reste n’est pas bête.

Tu divertis, tu joues avec des allumettes, tu provoques, mais tu n’informes pas…

Tu désinformes.

À ce stade de la chronique, je dis aux lecteurs qui l’ignoreraient que j’anime au 98,5 FM à Montréal, propriété de Cogeco, qui a une antenne à Québec, le FM 93. Cette station est en concurrence avec CHOI. Les féfans de CHOI diront que je tape ici sur un concurrent, ils n’en seront pas à un raccourci près. Non, je tape sur la désinformation comme je l’ai toujours fait, comme je l’ai fait quand Éric et moi étions tous les deux à Cogeco, avec cette chronique de 2017, « T’es toxique, Éric » (5).

Bref, CHOI a fait le pari non pas du sain doute critique, mais de la négation de la pandémie en courtisant la portion la plus crédule de l’auditoire, ce qui en amplifie dangereusement le bassin, en ces temps où le mot « viral » n’est plus cantonné à des vidéos de chatons…

C’est à ce danger-là que les annonceurs ont tourné le dos, lundi. C’est de ce risque réputationnel que des entreprises ont décidé de se protéger. C’est cette désinformation que la ville dirigée par Régis Labeaume a, la première, décidé de dénoncer.

Les désinformateurs de CHOI, toujours prosternés devant le libre marché, peuvent aujourd’hui difficilement se plaindre de l’exode de certains annonceurs : le marché vient de parler.

1. Lisez « De nombreux annonceurs larguent Radio X »

2. Pour les féfans-de-CHOI-qui-ne-jurent-que-par-CHOI : le Goncourt, c’est un prix littéraire

3. Lisez « Pandémie de fausses nouvelles »

4. Voyez une vidéo Youtube de Ken Pereira

5. Lisez « T’es toxique, Éric »