Hydro-Québec redouble d’ardeur, dimanche soir, en envoyant 1400 employés sur le terrain pour rebrancher les 63 000 clients toujours privés d’électricité.

Thomas Dufour Thomas Dufour
La Presse

« On va être en bas de 100 000 [clients sans électricité] d’ici minuit », a promis le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel, lors d’une conférence de presse, dimanche en fin d’après-midi.

Les équipes sur le terrain travailleront toutefois jusqu’à mardi pour rebrancher tout le monde.  

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Un monteur d’Hydro-Québec à l’œuvre sur le Chemin Saint-Roch à Sorel-Tracy, samedi

Les 3635 pannes restantes seront les plus difficiles à rétablir, selon M. Martel. Les fils à remplacer sont parfois situés dans des zones difficilement accessibles.

Les arbres renversés par le vent nuisaient au travail des équipes dimanche. « Quand il y a des branches, il faut qu’il y ait des équipes d’élagueurs qui passent avant qu’on puisse travailler », explique Louis-Olivier Batty, porte-parole chez Hydro-Québec.   

Près de 3000 branches ou arbres se seraient abattus sur les fils pendant la tempête.  

Hydro-Québec a priorisé les interventions permettant de rebrancher un grand nombre de clients d’un coup. Ils s’attaquent aujourd’hui aux autres bris.  

Les retours de l’électricité se font maintenant au compte-gouttes : pour 70 % des pannes restantes, la réparation permettra de rebrancher 20 clients seulement.  

Les travaux de réparation du réseau électrique pourraient prendre plus de temps que prévu dans trois secteurs du sud du Québec : Richelieu, les Laurentides-Lanaudière ainsi que la Beauce.   

La société d’État a rebranché 44 des 50 cas « prioritaires » dans la province. Ces opérations ont permis de redonner de l’électricité à des hôpitaux, des usines d’eau potable ou encore des postes de police.

Le PDG d’Hydro-Québec affirme que la société d’État est en train de réfléchir à une manière de faire face aux changements climatiques. « Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable », indique-t-il.  

Hydro-Québec teste présentement des prototypes d’installations plus résistantes aux pannes.

M. Martel n’envisage toutefois pas de remplacer les poteaux par des installations souterraines. « C’est une question de coûts, c’est de quatre à dix fois plus cher », explique le PDG.  

Réactions du gouvernement

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a tenu à rassurer les Québécois sur la progression des réparations, dimanche. « On voit que le bilan s’améliore, la force de frappe n’a pas diminué, bien au contraire », a dit M.  Julien.   

PHOTO ERICK LABBE, LE SOLEIL

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a fait le point sur la situation concernant les incidents et les pannes de courant, dimanche à Québec.

Il a rappelé aux gens de rester prudents. « Ne vous approchez pas des fils, n’essayez pas de vous improviser monteurs de ligne. » Il a souligné l’importance de ne pas utiliser le barbecue à l’intérieur et de faire attention aux intoxications au monoxyde carbone.

Le ministre collabore depuis samedi avec des municipalités affectées pour que des services aux personnes touchées puissent être offerts.

Des centres d’hébergement sont toujours ouverts dimanche soir dans 22 villes du Québec.