(Québec) Un important lobby agricole américain a rencontré le gouvernement Legault un mois avant qu’il propose de tripler la teneur en éthanol dans le carburant. Cela fait craindre à certains que cette mesure de réduction des gaz à effet de serre (GES) ne profite surtout à des producteurs de maïs américains.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Début septembre, une délégation de l’US Grains Council (USGC) a rencontré l’équipe du ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien. Ce groupe, présent dans 50 pays, représente les intérêts des producteurs de maïs, d’orge et de sorgo.

L’USGC indique que la rencontre était de nature informative. Dès 2016, sous le gouvernement Couillard, Québec s’était doté d’une politique énergétique qui visait à hausser le contenu renouvelable dans l’essence et le diesel. L’organisme a donc sollicité une rencontre avec le gouvernement Legault pour faire le suivi.

« L’USGC a rencontré le gouvernement du Québec pour faire le point sur cette politique en matière de biocarburants et pour partager des informations techniques sur la norme américaine sur les carburants renouvelables et ses bénéfices pour l’environnement, l’économie et la santé humaine », a indiqué l’USGC.

Quelques semaines plus tard, Québec a publié un projet de règlement qui vise à imposer d’ici 2025 une teneur en éthanol minimale de 15 % dans chaque litre d’essence vendu au Québec. C’est trois fois plus que la norme canadienne actuelle.

Aux yeux de Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace, il est évident que la séquence des événements n’est pas fortuite.

Ce n’est pas pour rien que les lobbyistes américains sont à pied d’œuvre actuellement. Ils voient le Québec comme un marché.

Patrick Bonin, Greenpeace

Filière réactivée

Le projet de règlement a marqué un changement de cap important du gouvernement québécois. En 2007, le gouvernement Charest avait cessé d’appuyer cette industrie. À l’époque, l’éthanol était surtout produit à partir de maïs, une production agricole polluante qui faisait concurrence à l’agriculture maraîchère.

Le gouvernement Legault a choisi de réactiver la filière, car de nouvelles technologies permettent de produire l’éthanol autrement. Le ministre Julien mise en effet sur l’éthanol dit « cellulosique », produit avec des résidus agricoles et forestiers, ainsi que des déchets.

Le projet de règlement prévoit d’ailleurs une mesure incitative pour encourager les raffineurs à utiliser l’éthanol cellulosique.

« Par les mesures mises de l’avant dans la proposition réglementaire, le gouvernement souhaite que de l’éthanol cellulosique soit fabriqué au Québec, a indiqué le porte-parole du ministre, Claude Potvin. C’est pour cette raison que le règlement est étendu jusqu’en 2025. Ainsi, les entreprises qui le souhaitent auront les délais requis afin de planifier leurs investissements au Québec, pouvoir faire les ajustements nécessaires et pouvoir contribuer à l’essor de l’économie québécoise et stimuler la demande. »

L’USGC s’attend aussi à ce que les nouvelles règles québécoises encouragent le développement d’une filière locale d’éthanol.

« Si la politique est contraignante au Québec, la production d’éthanol au Québec devrait augmenter, a-t-elle indiqué à La Presse. Cela a été démontré avec les normes de carburant renouvelable aux États-Unis, au Brésil, aux Philippines, au Viêtnam, en Argentine, dans l’Union européenne et dans d’autres États, y compris au niveau des exigences fédérales du Canada en matière de mélange d’éthanol et de biodiesel. »

Valeur des exportations américaines d’éthanol par pays (2017-2018)

• Brésil – 772 millions

• Canada – 596 millions

• Inde – 271 millions

• Union européenne – 182 millions

• Chine – 155 millions

• Corée du Sud – 122 millions

• Philippines – 103 millions

• Pérou – 76 millions

• Émirats arabes unis – 73 millions

• Colombie – 67 millions

175 millions de litres par année

Mais le lobby de l’USGC auprès du gouvernement Legault fait craindre à Patrick Bonin que ce sera plutôt de l’éthanol-maïs qui se retrouvera dans les voitures québécoises.

« On craint une augmentation de la production de maïs-grain pour nourrir des voitures et également des impacts potentiels sur la forêt alors qu’on sait qu’il faut augmenter la captation de carbone et non produire davantage de carburant qui mènera à des émissions de carbone dans l’atmosphère », a-t-il dit.

Au Québec, on produit chaque année 175 millions de litres d’éthanol. La production vient essentiellement de l’usine Greenfield à Varennes, où l’on utilise du maïs. L’entreprise a indiqué la semaine dernière qu’elle envisageait d’agrandir ses installations et d’adopter des méthodes non traditionnelles.

La société Enerkem projette elle aussi de bâtir une usine pour transformer des déchets non recyclables en éthanol, toujours à Varennes.

Aux États-Unis, on compte 210 usines qui produisent chaque année près de 60 milliards de litres d’éthanol à base de maïs ou de sorgo. Le Canada est actuellement leur deuxième marché d’exportation, après le Brésil.

L’USGC a multiplié les efforts pour trouver de nouveaux marchés au cours des derniers mois. Le 5 août, la Chine a imposé des tarifs douaniers importants sur l’éthanol américain en raison de son bras de fer commercial avec l’administration Trump.