(QUÉBEC) Le promoteur immobilier qui a acquis le monastère de Berthierville demande à Québec de lui racheter sa propriété, que le gouvernement Legault veut faire déclarer patrimoniale. Faute de quoi, il s’adressera aux tribunaux, car il estime être victime d’une « expropriation déguisée ».

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

En entrevue, André St-Martin se dit prêt à renoncer à raser le bâtiment pour aménager à la place un projet résidentiel. Il souhaite que Québec le lui rachète, puisqu’il refuse net de se lancer dans sa rénovation.

« Je ne vais pas faire un CHSLD avec ça ! lance-t-il. Je sais qu’il y a 7, 8, 10 millions à mettre. Même si on me donnait 1 million de subvention, je n’en veux pas. »

« Ce que je recherche, ajoute-t-il, c’est que le gouvernement rachète le terrain, rachète le monastère et qu’il en fasse ce qu’il veut. »

Il y a deux ans, l’homme d’affaires a acheté aux Moniales dominicaines l’immense terrain situé derrière leur monastère. Il a acheté dans un deuxième temps le bâtiment, dont la construction a débuté en 1934 et qui est délabré.

La seconde transaction a été finalisée le 29 mars. La municipalité de Berthierville lui a délivré un permis de démolition trois jours plus tard.

Les travaux étaient sur le point de commencer, début avril, lorsque la ministre de la Culture, Nathalie Roy, a imposé une ordonnance de 30 jours lui interdisant de procéder à la démolition.

Mme Roy a franchi un pas de plus la semaine dernière lorsqu’elle a annoncé son intention de faire classer l’immeuble patrimoine national. Ce processus pourrait durer plusieurs mois.

Main tendue

À ce moment, la ministre a tendu la main au promoteur. Elle s’est présentée comme son « partenaire » et elle a laissé entrevoir des subventions pour l’encourager à restaurer le monastère.

Or, M. St-Martin n’a aucun intérêt pour un tel chantier. Il souligne que l’immeuble est bourré d’amiante, que les corridors sont trop étroits pour être conformes, qu’il n’y a pas de gicleurs et que plusieurs murs sont couverts d’un simple contre-plaqué.

« Qu’ils me repaient mes billes, résume-t-il. Il y a une évaluation municipale qui est là, qu’ils me repaient à l’évaluation municipale et je vais leur céder. Je ne l’ai pas acheté dans le but de reconvertir le bâtiment. S’il y a des gens qui veulent le faire, pas de problème. »

Pas assurable

À ce jour, le promoteur calcule avoir dépensé plus de 2 millions pour acquérir la propriété, concevoir les plans de lotissement et préparer les travaux. Il a récemment appris qu’il lui était impossible d’obtenir une police d’assurance pour couvrir le monastère.

Il reproche au gouvernement Legault d’avoir changé les règles du jeu. D’autant plus que l’ordonnance de Mme Roy vise à la fois le bâtiment lui-même et l’ensemble du terrain qu’il avait acheté il y a deux ans.

M. St-Martin a eu certains échanges avec les fonctionnaires du ministère de la Culture. La ministre Nathalie Roy et la députée locale, Caroline Proulx, ont toutes deux refusé de le rencontrer. Québec refuse aussi de lui transmettre un rapport rédigé au cours des dernières semaines sur le caractère patrimonial du monastère.

« Ils jouent à l’omerta, dénonce-t-il. C’est le silence total. »

Poursuites en vue

Exaspéré, estimant sa réputation entachée par la succession de reportages sur son projet, l’homme d’affaires menace de s’adresser aux tribunaux. Selon lui, le gouvernement se livre à une forme d’« expropriation déguisée ».

Si Québec ne le lui rachète pas sa propriété, il pourrait aussi s’adresser à la cour pour faire invalider l’achat auprès des religieuses. La transaction était en effet conditionnelle à ce qu’il puisse procéder à la construction de son projet domiciliaire.