Recherche Voyage

Les centurions de Rome réclament un statut légal

Sur le même thème

La présence parfois agressive de ces hommes musclés... (Photo Alberto Pizzoli, AFP)

Agrandir

La présence parfois agressive de ces hommes musclés en tunique rouge, avec leur glaive et leur casque, aux portes des monuments les plus célèbres fait couramment l'objet de protestations des touristes, qui leur reprochent de leur soutirer des sommes abusives (jusqu'à 131 $CAN) pour une simple photo.

Photo Alberto Pizzoli, AFP

Agence France-Presse
Rome

Une cinquantaine de «centurions», ces figurants souvent chômeurs qui se font rémunérer illégalement pour poser avec les touristes devant les monuments de Rome, ont manifesté jeudi devant le Colisée, pour obtenir de la mairie un statut et travailler légalement, a constaté l'AFP.

Les centurions ont déclaré vouloir recevoir «une assurance écrite» de la municipalité de Rome, a expliqué David Sonnino, le porte-parole des «centurions», alors que le ministère de la Culture a demandé leur éloignement du Colisée, par souci du décorum.

Devant une foule de badauds amusés par le spectacle, la police a obligé quelques-uns d'entre eux perchés au premier étage du célèbre amphithéâtre d'en descendre. Quelques échauffourées ont opposé «centurions» et policiers municipaux, et la protestation s'est déplacée à l'intérieur du monument.

Les «centurions» se plaignent de ne plus pouvoir poser avec les touristes devant le Colisée en vertu d'un arrêté municipal émis le 4 avril pour faire respecter une loi régionale de 2002 interdisant le commerce ambulant à proximité de monuments historiques. Ils risquent maintenant des poursuites pénales, à chaque fois qu'ils se postent habillés en centurions devant le Colisée, le Château Saint-Ange ou le Panthéon.

La présence parfois agressive de ces hommes musclés en tunique rouge, avec leur glaive et leur casque, aux portes des monuments les plus célèbres fait couramment l'objet de protestations des touristes, qui leur reprochent de leur soutirer des sommes abusives (jusqu'à 131 $CAN) pour une simple photo.

Plusieurs d'entre eux avaient été arrêtés l'an dernier lors d'une opération de police.

Des familles de la «malavita» (petite délinquance, ndlr) romaine auraient la haute main sur le recrutement de ces hommes, souvent des chômeurs venus des banlieues populaires.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • 48 heures à Rome

    Dossiers

    48 heures à Rome

    Tous les chemins mènent à Rome. Et pour visiter Rome, bien des chemins sont possibles. En voici un, emprunté il y a quelques semaines à l'occasion de... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer